Georges Courbot, manager et arbitre

Georges Courbot a été un homme important de l’Amiens A.C. dans les années 1920. Il en était le manager lors du titre de champion du Nord 1924. Arbitre, il a dirigé une finale de Coupe de France.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, alors que les grands clubs français cherchent à améliorer le caractère spectaculaire de leur sport, leur organisation reste très succincte, surtout dans le domaine technique. Les entraîneurs appointés sont encore très rares, les séances d’entraînement peu nombreuses et très empiriques.

A Amiens, dans les années 1920, un homme va tenir un rôle important dans l’encadrement de l’équipe. Il s’agit de Georges Courbot, un Calaisien de haute stature, qui avait joué à Calais, avant d’arriver en Picardie. Au sein du club, il va tenir simultanément le rôle de manager et d’arbitre. Manager, cela signifie qu’il assure la gestion administrative de l’équipe et participe à l’organisation des séances d’entraînement. A ce titre, il mérite de figurer sur la photo « officielle » de l’équipe d’Amiens lors de l’obtention du titre de champion du Nord en 1924.

Georges Courbot, au côté d'Urbain Wallet, en 1924.

Georges Courbot, au côté d’Urbain Wallet, en 1924.

Après que le club eut engagé pour la première fois un entraîneur, l’Anglais Amos Adams, en 1925, Georges Courbot redevient une sorte de responsable technique du club, après le départ de l’Anglais, en 1927. Mais il ne faut pas se méprendre sur son rôle technique, bien moins important que ce qu’allaient ensuite les entraîneurs des époques ultérieures. D’autant que Courbot est aussi – et simultanément, arbitre.

C’est surtout à ce titre qu’il acquiert une notoriété nationale. En 1927, il devient arbitre fédéral, « une promotion amplement méritée par la valeur de cet homme intelligent et énergique qui nourrissait pour les choses du football une véritable passion », d’après ce qu’on lit dans Le football en Picardie.

Georges Courbot dirige pendant plusieurs saisons des matches importants, en championnat du Nord, en Coupe de France et lors de grandes rencontres inter-Ligues. Il st aussi juge de touche lors de matches internationaux (France-Irlande en 1928, Belgique-France en 1930). Il parvient à son sommet en 1931. Le 3 mai de cette année-là, il arbitre la finale de la Coupe de France Club Français-Montpellier (3-0). Ce n’est alors que la 2e fois qu’un arbitre de province obtient cet honneur.

Il est souvent fait référence aux « hommes de l’ombre » qui ont permis aux clubs de se construire. Georges Courbotl est incontestablement l’un de ces hommes qui ont assuré le développement de l’Amiens A.C. dans ces années 1920 qui furent les plus brillantes de l’histoire du club. En 1925, il fut médaillé pour « service rendu à l’éducation physique et à la préparation militaire« , ce qu’atteste le Journal Officiel. Dans ces années encore si proches de la Grande guerre, ce n’était pas rien.

Didier Braun

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), Les personnages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s