1928: La discrète arrivée de Paul Nicolas à Amiens

Pendant l’été 1928, le meilleur footballeur français de l’époque signe à Amiens. En toute discrétion.

En 2016, imaginez les gros titres que ferait dans les médias le transfert du meilleur footballeur français de ce temps, qui serait à la fois capitaine et meilleur buteur de l’équipe de France. Eh bien, en 1928, c’est bien d’un événement comparable qu’il s’est agi. Mais les journaux n’en ont presque pas parlé.

L’époque était toute différente. Le football professionnel n’est pas encore reconnu en France, bien que les tenants du sport amateur fustigent régulièrement les us et coutumes d’un sport où les grands clubs, à chaque inter-saison, partent à la chasse aux meilleurs joueurs, dans des manœuvres – on parle alors de « racolage » – dans lesquelles les dessous de table ne sont pas absents !

Or, cet été 1928, c’est ni plus ni moins que le meilleur attaquant français qui change de club. Paul Nicolas est depuis 1920 le meilleur avant-centre national. Il a participé à tous les tournois olympiques de l’après-guerre, à Anvers en 1920, à Paris en 1924 et tout récemment à Amsterdam. Il était l’avant-centre de l’équipe de France lors de la retentissante victoire de 1921 sur les amateurs anglais (2-1). Il a déjà à son palmarès 28 sélections au cours desquelles il a inscrit 18 buts. Il est alors le meilleur buteur tricolore depuis 1904.

Le 26 février 1928, à Tourcoing, Paul Nicolas marque contre le gardien amiénois Michel. Le Red Star l'emporte 4-3.

Le 26 février 1928, à Tourcoing, Paul Nicolas marque contre le gardien amiénois Michel. Le Red Star l’emporte 4-3.

Pendant toutes ces années, Paul Nicolas a été le fer de lance de la grande équipe du Red Star qui possède le plus beau palmarès national de l’époque. Le club de Saint-Ouen a réalisé un sensationnel triplé en Coupe de France, remportant l’épreuve en 1921, 1922 et 1923. Il a également terminé deux fois à la première place du championnat de Paris, en 1920 et 1922. Au mois de mai 1928, Paul Nicolas et le Red Star ont gagné la Coupe pour la 4e fois, face au C.A.Paris (3-1). En quarts de finale, il avait participé à l’élimination… d’Amiens (4-3), à Tourcoing (voir photo ci-dessus).

C’est donc une authentique vedette du football qui signe, pendant l’été 1928, à l’Amiens A.C., où il va retrouver un autre ancien du Red Star, Maurice Thédié. Dans la presse picarde, c’est au hasard d’un court écho paru dans Le Progrès de la Somme, le 4 juillet 1928, qu’on lit:

« Il n’est plus de secret pour personne que les joueurs Nicolas, Hornack, Riu, Joubert, viendront pour la prochaine saison, renforcer le team 1er de l’Amiens A.C. »

Avouez que le journal n’en fait pas tout un plat. Les premiers mots de l’écho laissent penser que l’affaire était dans l’air depuis quelque temps. En tout cas, l’auteur de l’article était dans le secret des dieux ! Pourtant, on n’en trouve aucune trace dans les éditions précédentes. J’ai également consulté L’Auto, l’ancêtre de L’Equipe. Sans plus de succès. Le Tour de France, le tournoi de Wimbledon, la préparation des épreuves d’athlétisme, d’haltérophilie ou de natation des Jeux Olympiques ne laissent guère de place au football et à ses mouvements de joueurs, en pleine trêve estivale.

Paul Nicolas (à gauche, au côté de Braun et de Hornack), lors de la saison 1928-1929.

Paul Nicolas (à gauche, au côté de Braun et de Hornack), lors de la saison 1928-1929.

Rien de plus dans les journaux suivants. Tout juste apprend-on, dans Le Progrès du 23 juillet, que Nicolas passe des vacances à Saint-Pol. Bientôt, il va s’installer dans la poissonnerie qu’il ouvre en pleine rue commerçante des Trois-Cailloux. Et les journaux locaux vont bientôt relater la seule chose qui les intéresse en matière de football: les exploits de la nouvelle équipe d’Amiens. Avant même le début du championnat, Paul Nicolas s’impose dans les matches amicaux d’avant-saison: 2 buts contre le Club Français (4-4), 1 but contre le C.A.S.G. (3-1), et 5 contre le Stade Roubaisien (11-1) !

C’est le début de la seconde partie de carrière de joueur du grand Paul Nicolas, au cours de laquelle il inscrira une cinquantaine de buts en matches officiels sous le maillot d’Amiens, et sera encore sélectionné 7 fois en équipe de France.

Didier Braun

 

Advertisements
Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), Les personnages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s