En 1957, l’Amiens A.C. fait le doublé

Le 26 mai 1957, l’Amiens A.C. remporte la Coupe de Picardie un mois après avoir remporté le titre de champion du Nord.

Au premier rang, les vainqueurs: Dumoulin, Mankowski, Campuzan, Wageneire, Forcioli, Jany, Falize, Feuillet, Bouly, Braun, Harduin.

En cette fin mai 1957, le championnat est terminé depuis un mois. Amiens l’a emporté brillamment, finissant sur une belle série de 8 victoires consécutives, la dernière face à Cambrai (3-2). La saison se prolonge cependant, avec les matches de sélection de la Coupe Henri Jooris auxquels une majorité de joueurs du club sont conviés, et les derniers tours de la Coupe de Picardie.

J’ai raconté dans ce blog ce qu’était cette compétition qui comprenait un règlement bizarre: les équipes appartenant à des niveaux de compétition différents voyaient leur écart hiérarchique concrétisé par un handicap de buts. Une équipe de division d’honneur affrontant un club de promotion d’honneur débutait avec 0-1 au score; 2 divisions d’écart entraînaient un handicap de 2 buts, etc. Cela pouvait donner lieu à des rencontres assez étranges où l’équipe supérieure dans la hiérarchie devait se lancer dans une course poursuite aventureuse. Ainsi, dans cette édition 1956-57, pour parvenir jusqu’en finale, Amiens a dû remonter 3 buts contre Beauval (score final: 6-4) et Ham (8-3), 2 contre Fressenneville (6-2) et, en demi-finale, 4 contre Longueau (7-5) ! Cela a valu à Frédy Dumoulin d’inscrire 11 buts au cours de ces 4 matches !

La finale a lieu au stade Moulonguet, où l’A.A.C. rencontre l’U.S.Friville-Escarbotin, une équipe de Promotion à laquelle l’équipe amiénoise rend donc 1 but au départ. La photo ci-dessus, tirée du Courrier Picard, montre les deux équipes présentées au public avant la rencontre. Plusieurs joueurs de l’équipe au maillot jaune à chevron noir ont fréquenté les Amiénois dans un passé plus ou moins lointain. Quelques jours plus tôt, Mourche côtoyait 8 des joueurs amiénois au sein de la sélection picarde. Surtout, l’équipe était dirigée par René Salembier (le premier à gauche sur la photo), qui avait été un vaillant défenseur central de l’A.A.C. au temps du professionnalisme, de 1949 à 1951. On trouve aussi un jeune espoir de 20 ans, qui fera par la suite une longue carrière professionnelle, Michel Polrot, ainsi que Gilles Marquette, futur joueur d’Abbeville et frère de Gérard Marquette, futur Amiénois.

Le défi lancé aux Amiénois ne s’annonce pas si facile à relever. Effectivement, la domination amiénoise est longue à se concrétiser au tableau d’affichage. Il faut attendre la 70e minute pour voir Jean Mankowski « égaliser » enfin. Cinq minutes plus tard, un but de Serge Campuzan est refusé. Mais tout de suite après, après un centre de Frédy Dumoulin, Jack Braun donne la victoire à l’A.A.C. qui réussit ainsi le doublé Coupe-championnat, lequel clôt la remarquable saison du club.

Didier Braun

Prochaine photo: Les débuts d’Amiens en C.F.A.

Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), Photos d'équipes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s