20 décembre 1953, l’Amiens A.C. au niveau des pros

Le 20 décembre 1953, en Coupe de France, Amiens affronte une équipe professionnelle, ce qui ne lui était pas arrivé depuis deux saisons. Et fait jeu égal avec elle.

L’équipe d’Amiens, dans le corridor menant au terrain de Moulonguet, avant d’affronter les pros du C.A.Paris.

En ce mois de décembre 1953, l’Amiens A.C. a passé 4 tours de Coupe de France, éliminant successivement Albert (9-0), Fouilloy (3-1), le Stade Roubaisien (2-1) et les Cheminots de Chambly (2-1). Le club parvient ainsi au niveau de compétition où entrent les clubs professionnels de division 2.

L’A.A.C. tombe sur l’un d’eux, le C.A.Paris, club autrefois glorieux mais qui, désormais, persiste à rester pro malgré de faibles moyens et de pauvres résultats. Pour l’occasion, le stade Moulonguet accueille une affluence comparable à ce qu’il enregistrait aux grandes époques du club: alors que l’équipe n’attire jamais plus de 2000 spectateurs depuis la rétrogradation chez les amateurs, ils sont ce jour-là 3122 à passer aux guichets de la rue Louis-Thuillier dans l’espoir de voir leur équipe tenter de faire jeu égal avec les pros.

Ils l’espèrent d’autant plus que leur équipe, désormais stabilisée, reste sur une bonne série lors du mois écoulé: en plus de la qualification obtenue sur le terrain de Chambly, l’A.A.C. vient de gagner à Dunkerque (3-0) et à Abbeville (2-1), et de l’emporter à domicile sur Hesdin (3-2).

L’équipe amiénoise est composée des habituels titulaires: Jacques Denis (sur la photo, 2e rang, 2e à droite) dans le but, Jacques Falize et Letellier (2e rang, les deux premiers à gauche) aux postes d’arrières latéraux, Roland Feuillet (2e rang, 3e à gauche) en défense centrale, Jack Braun (2e rang, 1er à droite) et Edouard Harduin (2e rang, 3e à droite) comme demis et en attaque: Serge Campuzan (1er à gauche), Jean Mankowski (2e), Marcel Eloy (3e), P.Détourné (4e) et Guy Wageneire (5e).

Effectivement, Amiens fait jeu égal avec les pros pendant toute la première période. Faiblissant ensuite, les Picards encaissent un but en début de seconde période par Raymond Legal. Ils font le forcing pour revenir en fin de rencontre, mais le score en reste là. Pour le club, la performance prouve les progrès réalisés depuis l’abandon du statut pro. Le compte rendu de L’Equipe le confirme: « Les Amiénois ont confirmé tout le bien qu’on pouvait penser d’eux. »

Didier Braun

Prochaine photo: mars 1954, une fin de saison prometteuse

Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), Photos d'équipes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s