Amiens au Parc des Princes, pour qui Jonsson le glas !

Le 6 janvier 1952, Amiens débute l’année en subissant une sévère défaite chez le leader, le Stade Français.

Devant les vestiaires de l’ancien Parc des Princes, debout, de g. à dr.: Harduin, Frey, Capart, Braun, Ben Amar, Bourson; accroupis: Carré, Wassmer, Paillère, Dussautois, Mellul.

L’Amiens A.C. avait paru terminer l’année 1951 sur une note encourageante, se qualifiant en Coupe de France face aux amateurs parisiens du C.A.Vitry (5-0), et battant nettement Le Mans (3-0) en championnat, le 30 décembre.

Une semaine après, le club se déplace au Parc des Princes, pour affronter le leader du championnat, le Stade Français, et sa redoutable attaque (61 buts marqués en 19 matches). Apparaît dans l’équipe Emile Wassmer, arrivé en cours de saison de Valenciennes, club avec lequel il a participé à la dernière finale de Coupe de France. Il débute dans une équipe que Charles Roze a voulue très défensive pour tenter de s’opposer au leader: il a placé à l’aile le défenseur Elias Mellul, qui a très peu joué depuis son arrivée en début de saison. Un autre joueur récemment arrivé à Amiens, l’ancien Strasbourgeois Claude Paillère, occupe le poste d’avant-centre. Il est encadré aux postes d’inters par Wassmer – lui-même n’est pas un joueur à vocation offensive, et René Dussautois.

Mais cette disposition défensive de l’équipe amiénoise ne va pas peser lourd face au Stade, et singulièrement son avant-centre suédois Egon Jonsson. Celui-ci marque deux fois en première période (24e et 37e minutes). La punition va s’amplifier en seconde période, Jonsson ajoutant 2 buts à son score personnel, Robert Prunelle et Louis Favre salant la note finale, que Wassmer adoucira à peine, en marquant alors que le score est déjà de 5-0.

D’ne équipe totalement débordée, France-Football réussit à donner une note honorable à Braun, Ben Amar et Wassmer. Mon père Jack a noté dans ses carnets, à propos de ce match: « C’était un match que je m’étais promis de bien jouer« .

Cette rude défaite annonce une fin de saison déplorable, qui coûtera sa place à l’entraîneur, après deux autres raclées sur le même score de 6-1, subies au stade Moulonguet, face à Valenciennes et à Rouen – l’ancien club de l’entraîneur, limogé ce jour-là ! Cet événement ne changera pas le cours des choses. L’Amiens A.C. achève tristement sa dernière saison chez les pros et termine le championnat à la 16e place.

Didier Braun

Prochaine photo: Août 1952, Amiens repart de zéro.

Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), Photos d'équipes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s