Amiens en 1951, le début de la fin chez les pros

En septembre 1951, l’Amiens A.C. aborde sa 7e saison consécutive chez les pros. Ce sera la dernière.

De gauche à droite, debout: Lecoq (dirigeant), Harduin, Ben Amar, Capart, Bourson, Braun, Frey, Rozé (entr.); accroupis: Mankowski, Proust, Dussautois, Wattebled, Carré.

Le 16 septembre 1951, Amiens reçoit Cannes pour le compte de la 4e journée de championnat de division 2. En égalisant à la 22e minute de la rencontre, Jean Mankowski permet à l’A.A.C. de prendre un point. Mais, décidément, ce début de saison est bien pénible. Son 3e match à domicile n’est toujours pas victorieux, après une défaite contre Nantes (1-2) et un nul contre Besançon (2-2). Amiens devra attendre la 9e journée pour remporter, contre Troyes (2-1), sa première victoire de la saison !

A l’issue de la saison précédente, très satisfaisante, l’effectif a subi de profonds bouleversements, dans toutes ses lignes, pendant l’été. Les défenseurs titulaires Lucien Hérouard, René Salembier et Amédée Uchart sont partis, ainsi que les excellents attaquants Roger Deléglise, Roger Lacaze et Abdesselem Madani. L’entraîneur André Riou, qui avait bâti une équipe solide depuis deux saisons, est également parti pour Béziers, avant de poursuivre une belle carrière en Belgique. Lui succède Charles Rozé, venu de Rouen, qui sera bientôt victime des mauvais résultats.

Les recrues – Georges Ben Amar, René Dussautois, Marcel Frey, Elias Mellul, Emile Wassmer, dont plusieurs sont en fin de parcours, et les Rouennais que l’entraîneur a amenés avec lui (son fils Serge Rozé et Michel Tocqueville) ne compenseront pas les partants en qualité.

Le public ne va pas tarder à se lasser. Les 4999 spectateurs du match contre Cannes représenteront la meilleur affluence de la saison. Le stade Moulonguet finira pas sonner le creux.

Plusieurs des joueurs figurant sur cette photo abordent leur dernière saison chez les pros. C’est le cas de Jean Capart, le gardien amiénois de toutes ces années d’après-guerre, de Dussautois, de Frey,  et des trois joueurs qui assureront la pérennité de l’équipe amiénoise pendant les années suivantes chez les amateurs, Edouard Harduin, Jack Braun et Jean Mankowski.

Didier Braun

Prochaine photo: Une attaque inédite… et sans lendemain

 

Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), Photos d'équipes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s