Automne 1944, l’Amiens A.C. reçoit les « Tommies » britanniques

A l’automne 1944, l’Amiens A.C. célèbre à sa manière la libération de la ville en disputant plusieurs matches contre des équipes de régiments britanniques.

Le 17 septembre 1944, l’équipe d’Amiens au garde-à-vous pendant l’exécution des hymnes anglais et français. (photo extraite du Football en Picardie).

Le 31 août 1944, la ville d’Amiens a été libérée de l’occupation allemande par les troupes britanniques, avec l’appui des résistants locaux. Dans cette période où la priorité absolue est la reconstruction de la cité et le ravitaillement de ses habitants, le football reprend une place toute symbolique, qu’annonçait Robert Glaudel dans un éditorial du tout nouveau – et éphémère – journal Picardie Nouvelle, le 6 septembre 1944:

« Les sportifs de Picardie, que les adversités n’ont jamais abattus et qu’anime une flamme ardente sont prêts, et déjà, dans notre région picarde, le Sport repart. »

Il n’est pas encore question de reprise des compétitions, mais les joueurs s’entraînent sur leur terrain du stade Moulonguet que les Allemands avaient occupé pendant ces dernières années. Bientôt, des rencontres très symboliques vont être organisées avec des équipes de régiments britanniques basés dans la région.

Le 17 septembre a lieu le premier de ces matches, entre Amiens et les « Royal Engineers », dont la recette (42 500 francs de l’époque) ira au profit des familles de membres des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) tombés au combat pendant la libération d’Amiens. La rencontre est présidée par les nouvelles autorités civiles et militaires, dont le préfet – futur ministre – Bernard Cornut-Gentille. Les FFI en armes ont défilé avant le match auquel assistent 3000 spectateurs.

Dans cette première équipe amiénoise de l’après-Occupation, sont réunis beaucoup de joueurs qui avaient complété les effectifs de cette époque particulière. On note aussi le retour de Louis Galland, l’excellent buteur du début des années 40, premier capitaine de cette nouvelle équipe. Avec Maurice Urier, il sera le seul de cette première équipe à jouer chez les pros l’année suivante. Pour l’anecdote, on notera qu’Amiens a remporté ce premier match 5-2, avec 2 buts d’Urier, 1 de Galland, de Max Lemaire et de Jacques Bonnécuelle.

Tout le mois d’octobre sera meublé par d’autres rencontres avec les militaires britanniques avant que soit organisé un premier championnat de Picardie, et que l’A.A.C. fasse un premier parcours en Coupe de France, achevé par une sévère élimination (0-10) face à Lens.

Didier Braun

Prochaine photo: 16 août 1945, Amiens redevient pro

Publicités
Cet article, publié dans avant Jack, Photos d'équipes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s