Novembre 1942, Grava face à Quenolle

Le 22 novembre 1942, lors d’un match de Coupe de France Le Vésinet-Amiens, deux futurs très bons attaquants se font face, Roger Grava et Roger Quenolle.

De gauche à droite, debout; Cardon, Bican, Sombetsky, Manoukian, Finot, Caron; accroupis; Meneut, Visignol, Grava, Piatkowski, Vazquez.

Louis Finot est resté à Amiens pour la saison 1942-43. Il est toujours au milieu de sa troupe, qu’il a pas mal renouvelée. Sont arrivés deux joueurs d’origine polonaise, qui avaient joué en pros à Arras juste avant la Guerre, Adalbert Sombetzky et Joseph Piatkowski, souvent appelé Youpeck. Deux anciens du club sont revenus, le gardien André Vaillant, titulaire en début de saison avant que le jeune Jean Capart, d’Albert, occupe le poste, et Jean Cardon. Le Normand Marcel Meneut, qui va passer plusieurs saisons à Amiens, est venu, ainsi que les Parisiens Pierre Bican et Roger Grava.

J’ai raconté dans ce blog la carrière et le destin tragique de ce solide attaquant que Louis Finot a repéré sur les terrains de Meudon. Il n’aura passé qu’une saison à Amiens, mais une saison combien marquante au sens propre du terme.

Avant ce 22 novembre 1942 et ce match de Coupe de France disputé au Vésinet, où a été prise cette photo, Grava a déjà marqué de nombreuses fois: 2 buts qui donnent la victoire contre le Red Star (2-1), les 4 buts de la victoire sur l’Excelsior (4-2), 1 contre Sochaux (1-2).

Sur le terrain de la banlieue ouest de Paris, Grava inscrit les deux buts de la victoire (2-0), face à une équipe amateur qui cherche surtout, d’après le commentaire de L’Auto, à ne pas subir une défaite trop lourde. Mais le quotidien sportif note néanmoins la bonne performance personnelle d’un jeune attaquant qui va faire une superbe carrière par la suite: Roger Quenolle. Il a alors 17 ans et bientôt, Emile Veinante le fera signer au R.C.Paris où il deviendra international. Né au Vésinet, après une longue carrière professionnelle, il reviendra dans sa chère ville et entraînera les deux meilleures équipes de la région, le Stade Sangermanois puis l’A.S.Poissy, qu’il conduira dans les deux cas jusqu’au niveau national. Le public vésigondin de 1942 ne se doutait certainement pas qu’il avait sous les yeux deux des meilleurs attaquants français de l’immédiat après-guerre.

Au Vésinet, le poste de gardien du but d’Amiens est occupé par André Manoukian, le 3e gardien du club. Il n’apparaît dans les buts d’Amiens que lors de cette seule saison. Il dispute notamment les 3 matches du club en Coupe de France, au Vésinet, puis contre Palissy (4-1) et Rouen (1-4) au Parc des Princes.

Didier Braun

Prochaine photo: En 1943, 15 ans après

 

Publicités
Cet article, publié dans Après Marcel, Photos d'équipes, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s