En 1933, l’Amiens A.C. recrute à l’est

Devenu professionnel, l’Amiens A.C. transforme profondément son équipe et recrute beaucoup en Europe de l’est.

De gauche à droite, debout: Lemesre, Lapierre, Hawlik, Balavoine, Lesieur, Löwinger; accroupis: Louis Saint-Georges, Illiet, Karpfel, Ozenne, Taisne.

Amiens découvre le championnat professionnel à l’automne 1933. Le 22 octobre 1933, devant 5.000 spectateurs, le stade Moulonguet accueille le F.C.Rouen, vieux rival des Amiénois qui, comme lui, avait refusé de passer pro l’année précédente.

Amiens a réalisé des performances en dents de scie depuis le début du championnat: victoires contre Le Havre (4-2), Saint-Servan (5-2), Strasbourg (3-2), défaites face au R.C.Roubaix (3-4), Mulhouse (1-3) et Tourcoing (1-5).

Dès le début de saison, l’attaque rouennaise a été d’une rare efficacité, remportant son premier match 12-3 face au Club Français, puis inscrivant 20 buts lors des 4 rencontres suivantes. La légende de « l’attaque mitrailleuse » est en marche.

A Amiens, les Rouennais marquent 4 buts par Lherminé, Geoffroy, Taillis et Jean Nicolas. Amiens n’en inscrit que deux, par Otto Karpfel et Louis Saint-Georges. La victoire permet à Rouen de prendre la première place au classement.

La photo ci-dessus, tirée du Progrès de la Somme, montre les bouleversements qui se sont opérés au sein de l’équipe amiénoise. Des saisons précédentes, il reste Lesieur le gardien, Lapierre et Balavoine, associés en défense, les jeunes Lemesre et Illiet et l’ancien Georges Taisne. Tous les autres sont arrivés au club en début de saison.

Le Nordiste Louis Saint-Georges débute en pros, comme son frère Henri. Henri Ozenne est de passage à Amiens, en provenance du Racing Club de Paris où il retournera jouer jusqu’à la fin des années 1930. Paul Nicolas a fait venir son copain du Red Star Augustin Chantrel, absent contre Rouen.

Les autres nouveaux sont tous des joueurs d’Europe centrale. Adalbert Hawlik, transféré de Nice, est hongrois, Ernst Löwinger, arrivé du Red Star, est autrichien, comme Otto Karpfel, du Rapid de Vienne. D’autres joueurs originaires d’Europe centrale et orientale ne sont pas sur le terrain ce jour-là: le gardien polonais Israël Elsner – qui disputera pour la sélection de Palestine les qualifications de la Coupe du monde 1938, les Tchécoslovaques Emmanuel Smejkal et Franz Novak, le Yougoslave Franz Niko, le Hongrois Ozannas. Même l’entraîneur, Ferenc Konya, qui ne restera au club que quelques mois, est hongrois.

Peu d’entre eux resteront longtemps à Amiens. Le club picard connaîtra beaucoup d’instabilité dans ses effectifs lors de cette première expérience professionnelle qui s’achèvera en 1937.

Didier Braun

Prochaine photo: 1935-36, une belle saison

 

Publicités
Cet article, publié dans Après Marcel, Photos d'équipes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour En 1933, l’Amiens A.C. recrute à l’est

  1. Bonsoir Monsieur BRAUN, j’ai des infos intéressantes à vous transmettre sur la période pendant laquelle j’ai connu et un peu fréquenté votre père Jacky, dans les années 60… Je ne suis pas fan ni de Twitter, ni de Facebook. Je souhaiterais vous écrire par e-mail. Pouvez-vous me préciser votre adresse-mail en me l’adressant, au choix, à jean-claude.leroux@orange.fr ou à contact@conferences-leroux.com ? Bravo pour votre Blog… Merci et à Bientôt, Jean-Claude LEROUX

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s