En 1924, les onze d’Amiens devant la porte Dorée

Fin 1924, Amiens affronte les Anglais du Standard en Coupe de France. Cela se passe au stade des Suisses, à Saint-Mandé. Une affiche très internationale, déjà.

Sur le stade de la Porte Dorée, le 28 décembre 1924

Le 28 décembre 1924, l’Amiens A.C. retrouve la Coupe de France avec le sentiment d’être passé près d’une élimination prématurée, trois semaines plus tôt. Le 7 décembre, l’équipe picarde était allée à Meudon rencontrer les Anglais de Paris du Standard A.C. Menée 2-0, elle n’avait été sauvée que par la décision de l’arbitre d’arrêter la rencontre à 10 minutes de la fin, le brouillard rendant impossible la poursuite du match.

Cette fois, la rencontre est rejouée de l’autre côté de la proche banlieue parisienne, à Saint-Mandé, boulevard Carnot, tout près de la Porte Dorée où Henry de Montherlant situera plusieurs scènes des Olympiques.

Le stade s’appelle stade des Suisses, parce qu’il a été construit grâce à l’aide de l’ambassade de Suisse et aux finances de la communauté suisse de Paris. L’U.S.Suisse y joue, qui fera partie des premiers participants au championnat de France professionnel en 1932. Pour l’heure, ce sont les Anglais du Standard qui attendent les Picards.

  • Le Standard, un club historique

Le Standard Athletic Club est un des plus anciens clubs français. Il a été fondé en 1892 par des Anglais travaillant à Paris. Il a même été le premier champion de France de l’histoire, en remportant le trophée mis en jeu par l’antique Fédérations sportive, l’U.S.F.S.A. en 1895. Le Standard remportera 5 titres, jusqu’en 1901. Ses résultats déclineront ensuite, mais la réputation du jeu anglais demeure.

Seulement, au moment des fêtes de fin d’année, les Anglais aiment célébrer Christmas chez eux. Ce 28 décembre, près de la moitié des titulaires de l’équipe ne sont pas rentrés d’Angleterre. Puis, très vite dans le match, ils perdent leur demi centre Marston, blessé.

Aussi est-ce sans difficulté qu’Amiens s’imposera 4-1, grâce à 2 buts de Fréville, 1 de Sheldon et 1 d’Aerts. Dans cette rencontre très internationale, la composition de l’équipe d’Amiens que l’on voit sur cette photo est elle-même plurinationale. Figurent en effet, en plus du Belge Léopold Aerts (1er rang, 2e à gauche) et du Britannique Robert Thompson (1er rang, 2e à droite), déjà vus précédemment, un autre Anglais, l’excellent demi Sydney Sheldon (2e rang, 1er à droite). Sheldon était arrivé en début de saison du Havre, qu’il avait mené jusqu’à la finale de Coupe de France en 1921 (blessé, il n’avait pas disputé cette finale). Il avait été engagé à Amiens, sous le patronage de Henri Devred, au sein de l’entreprise de qui il était comptable. Sheldon était un des meilleurs joueurs étrangers évoluant en France à l’époque; il fut d’ailleurs sélectionné dans l’équipe des étrangers de France au début de 1925. Il joua 3 saisons à Amiens avant de retourner au Havre. Les autres joueurs de l’équipe étaient ce jour-là:

debout, de gauche à droite: Georges Troude (remplaçant), Urbain Wallet, Marcel Braun, Fernand Cappronnier, Maurice Thédié, Viseur, Sydney  Sheldon; accroupis: P.Quillart, Léopold Aerts, Lucien Fréville, Robert Thompson, Lagache.

Didier Braun

Prochaine photo: 1924-25, une équipe chamboulée

 

 

Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), Photos d'équipes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s