« Monsieur Yvette Horner », footballeur à Amiens

La célèbre accordéoniste Yvette Horner, qui vient de mourir, était mariée à un footballeur professionnel, qui avait joué à Troyes, Roubaix, Bordeaux, Lens, Toulouse. Il avait terminé sa carrière à Amiens.

René Droesch était né à Belfort en 1918 et avait débuté en pros très jeune, à l’A.S.Troyes-Saint-Savin, lors de la première saison du club troyen chez les professionnels. Il y avait disputé 5 matches de championnat. Il joua ensuite à l’Excelsior Roubaix et aux Girondins de Bordeaux en 1938-39, au R.C.Lens en 1939-40, au Toulouse F.C. en 1940-41, à Brive en 1942-43, dans l’équipe fédérale de Toulouse-Pyrénées en 1943-44.

René Droesch (à gauche) accompagne Yvette Horner jusque sur les podiums du Tour de France (ici avec Antonin Rolland, maillot jaune en 1955).

Enfin, René Droesch apparut dans l’effectif de l’Amiens A.C. lors de la saison 1946-47. Je ne l’ai trouvé que deux fois dans des compositions de l’équipe première, lors de deux rudes défaites amiénoises, à Toulon (1-5 le 10 novembre 1946) et contre Nantes (1-4 le 17 novembre). Il joua également en équipe réserve, ainsi qu’en témoigne la photo ci-dessous prise lors d’un match à Fives.

Sur cette photo de l’équipe réserve d’Amiens en 1946, René Droesch figure au second rang, le 2e à gauche. Mon père Jack est le 2e à droite au premier rang.

Un passage éclair donc qui ne fut pas une réussite, si l’on en croit ces quelques lignes sévères parues dans le livre « Le football en Picardie »: « joueur qui aurait encore pu se classer honorablement dans un concours du Vieux Footballeur, mais qui s’essoufflait en vain sur un terrain ».

Amiens fut son dernier club et l’on n’aurait sans doute pas évoqué ce joueur si, en cherchant sa trace sur Internet, je n’avais pas appris qu’il avait été le mari de la célèbre accordéoniste Yvette Horner, laquelle a donc certainement séjourné à Amiens pendant le court passage de son compagnon en Picardie.

Car Yvette et René ne se sont jamais quittés. Ayant interrompu sa carrière de footballeur, il accompagnait sa femme dans ses tournées, y compris les onze Tours de France dont elle fut la vedette de la caravane publicitaire jusqu’au début des années 1960. Dans le dernier album, « Hors norme », qu’elle a publié en 2012, figure un texte à la mémoire de René Droesch, décédé en 1986: « René, ma vie, mon sang » dans lequel elle se souvient:

« Je nous revois, René, sillonnant notre France, roulant de bal en bal jusqu’à l’épuisement »…

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), Les personnages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s