Des noms de joueurs dans les tribunes de la Licorne à Amiens ?

Les tribunes du stade de la #Licorne à Amiens porteront-elles bientôt le nom de personnages qui ont fait l’histoire du #football amiénois ? Il en est question.

Le Courrier Picard s’est fait l’écho récemment du désir d’Amiens Métropole, propriétaire du stade de Licorne, de donner le nom de personnages historiques du football amiénois aux quatre tribunes du stade. L’initiateur de cette idée est naturellement l’ancien journaliste Lionel Herbet, chargé des relations de l’Amiens S.C. avec la presse.

L’initiative est fort louable, qui permettrait de remettre en lumière des noms oubliés d’une grande part du public trop jeune pour avoir connu les temps anciens. Nombreux sont les stades dont les gradins, mais aussi les vestiaires, les salles et les terrains annexes portent le nom d’anciens du club. Parmi les grands stades du nord de la France, l’exemple le plus proche d’Amiens est le stade Bollaert, à Lens. Ses tribunes portent les noms d’anciens joueurs (Xercès Louis, Tony Marek), dirigeants (Henri Trannin, Max Lepagnot) et même d’un supporter (Elie Delacourt, premier abonné du club).

Toutes ces personnes ont été distinguées alors qu’elles étaient décédées. C’est le plus souvent le cas. Cela a entre autres mérites celui de ne froisser personne parmi les vivants qui ne seraient pas cités.

Le Courrier Picard a proposé à ses lecteurs de faire un choix parmi toutes les générations, depuis les années d’avant-guerre jusqu’à la période actuelle. Naturellement, un panel de lecteurs-supporters, a priori composé de personnes « nées au football » depuis moins de 40 ans, aura tendance à favoriser les dernières générations, c’est-à-dire celles connues d’eux. C’est ce qu’on avait constaté vers l’an 2000, un peu partout dans le monde, quand les supporters avaient été invités à désigner leur équipe ou leur joueur du siècle: ainsi le public de Manchester United avait élu Eric Cantona plutôt que Bobby Charlton !

Dans la liste que le journal a établie, figurent 5 joueurs de l’Amiens A.C. L’un d’entre eux vit toujours: notre cher Jacques Falize. Les 4 autres sont décédés: Paul Nicolas (1899-1959) et Urbain Wallet (1899-1973), représentants de la grande équipe de la fin des années  1920, mon père Jack Braun (1928-2016) et son grand ami Jean Mankowski (1927-1966), joueurs des années 1950.

Vous me permettrez de citer quelques autres personnages oubliés de cette. Et d’abord, au sujet de ces deux derniers, pourquoi ne pas associer Marcel Braun, le père de Jack, et Pierre Mankowski, le fils de Jean, qui ont eux aussi fait partie de l’histoire du football à Amiens, ce qui ferait le lien entre des époques différentes ?

Parmi les joueurs anciens, j’ajouterais volontiers (parmi des dizaines dont on peut se dire qu’ils furent parmi les plus méritants) deux joueurs représentatifs, l’un de l’avant-guerre, l’autre de l’après-guerre:

 

Georges TAISNE: Nordiste d’origine, il jouait à Lourches, près de Denain, quand il signa à Amiens. Il joua près de 15 ans pour l’A.A.C., qu’il avait rejoint en 1926. Il a été le meilleur buteur du club., et fut 3 fois sélectionné en équipe de France, en 1927, la saison de son arrivée en Picardie. Quand vint l’heure du professionnalisme en 1933, il joua encore plusieurs saisons sous le maillot azur et noir. Et alors qu’il avait 35 ans, il tenait encore un poste d’attaquant quand son club était redevenu amateur. Il fut le dernier des grands joueurs de « l’âge d’or » amiénois des années 1920 à figurer en équipe première, juste avant la Deuxième guerre mondiale. Il fut aussi très impliqué dans la politique des jeunes du club.

 

Edouard Harduin, en septembre 1950

 

Edouard HARDUIN: cet autre Nordiste venait de Cambrai quand il fut recruté comme attaquant par l’A.A.C. en 1947. Il s’imposa très vite au milieu de terrain et fut un acteur prépondérant du football amiénois de l’après-guerre. D’abord comme joueur professionnel, jusqu’à l’abandon en 1952; puis comme entraîneur-joueur dans la période difficile où le club, reparti en bas de la hiérarchie amateur, remonta tous les échelons jusqu’au championnat de France amateurs. Il fut, avec Jean Mankowski et Jack Braun, l’un des trois seuls à être restés au club quand celui-ci redevient amateur.

 

 

Parmi les dirigeants anciens, je ressortirai – en dehors du docteur Albert Moulonguet, dont l’ancien stade d’Amiens porte le nom, deux personnages qui, comme les deux joueurs ci-dessus, symbolisent l’avant et l’après-guerre:

René MATIFAS: cet industriel spécialisé dans la fabrication de mobilier métallique, dont l’usine se situait route de Rouen, fut le mécène qui permit à l’Amiens A.C. de passer en moins de cinq ans du rang de club départemental au niveau national dans les années 1920. Il donna beaucoup de sa personne et de son argent pour recruter de nombreux joueurs de grand talent que, souvent, il employa dans son entreprise.

Georges Poidevin, la président de la renaissance de l’AAC dans les années 1950

Georges POIDEVIN: ce commerçant en produits laitiers, avenue du général Foy, fut le dirigeant qui oeuvra pour la remontée du club, lorsque celui-ci abandonna le professionnalisme en 1952 et fut au bord de la disparition. Avec lui, le club, reparti en championnat du Nord, atteignit le championnat de France amateurs et même la popule finale du C.F.A. en 1959. Il fut aussi le président de la fusion de l’Amiens A.C. et d’Amiens Sports, et donc à la base de la création de l’Amiens S.C. Il me plaît de rappeler sa mémoire ici, surtout quand je viens de constater que son nom n’est même pas cité dans l’article Wikipedia consacré au club.

Je ne sais si Lionel Herbet obtiendra gain de cause auprès des dirigeants du club et de la métropole amiénoise, ainsi que des sponsors qui, je l’imagine, auront droit au chapitre. On se plaint souvent que le football français soit infiniment moins concerné par son histoire que ses grands pays voisins. Le club d’Amiens a ici une jolie occasion de faire oeuvre pédagogique en tissant symboliquement un lien avec une histoire plus que centenaire.

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s