C’était il y a 60 ans (épisode 9): mai-juin

Le doublé Coupe de Picardie-championnat couronne, en mai, la saison 1956-57 de l’Amiens A.C. L’équipe reçoit l’hommage de la Ville.

AMIENS FAIT LE DOUBLE

Le championnat du Nord terminé le mois précédent, les joueurs de l’Amiens A.C. se tournent vers les affaires picardes. L’équipe vise maintenant la victoire en Coupe de Picardie. Le 5 mai, Amines rencontre Longueau en demi-finales. L’équipe des Cheminots, qui joue 4 divisions en-dessous du niveau d’Amiens, attaque la rencontre avec un avantage de 4 buts au tableau d’affichage, en vertu du règlement particulier de cette compétition. Il s’agit donc de remonter 4 buts face à une équipe accrocheuse qui pense essentiellement à la défense de son avantage.

Les Amiénois marquent 2 buts dans les 12 premières minutes, d’abord par Frédy Dumoulin, servi par Jean Mankowski, puis par Serge Campuzan. La suite est plus laborieuse. Le gardien de Longueau, Delahaye, multiplie les arrêts. Ce n’est qu’à la 67e minute que Dumoulin parvient à inscrire un 3e but. Il récidive 3 minutes plus tard. Amiens a alors refait son handicap initial.

Mais juste après, à la suite d’un long centre de Candelier que Bernard Forcioli n’a pu bloquer, Tellier marque un but qui redonne l’avantage à Longueau. C’est dans le dernier quart d’heure que les Amiénois parviennent à faire la différence, en inscrivant 3 buts par Dumoulin (78e et 90e) et Campuzan (81e).

La finale a lieu le 26 mai au stade Moulonguet. Amiens affronte Escarbotin, club de Promotion et tenant de la Coupe de Picardie. L’affaire ne s’annonce pas si facile. Dans l’équipe d’Escarbotin qui va attaquer la rencontre avec un but d’avance, plusieurs têtes connues, à commencer par l’entraîneur-joueur René Salembier, l’ex-pro du Havre, d’Amiens et de Rouen. Figurent aussi dans l’équipe Mourche, que plusieurs joueurs amiénois fréquentent en sélection de Picardie, et un jeune joueur d’à peine 20 ans qui fera carrière professionnelle, Michel Polrot.

Les finalistes de la Coupe de Picardie réunis (Escarbotin debout, Amiens au 1er rang)

Adossé à un fort vent, Escarbotin résiste pendant toute la première période et atteint la mi-temps en ayant préservé son avantage initial d’un but. C’est dans les 20 dernières minutes qu’Amiens s’impose enfin et inscrit deux buts, par Jean Mankowski (70e) après un tir tendu d’Edouard Harduin, puis par Jack Braun, reprenant un centre de Dumoulin (78e). L’A.A.C. réussit ainsi le doublé et se voit remettre le massif trophée Devred par le président du district, Henri Leclercq.

En ce mois de mai, une majorité de joueurs amiénois revêtent le maillot jaune et bleu de la Picardie et participent à la Coupe Henri-Jooris. Ils affrontent deux fois la sélection de l’Escaut, composée de joueurs de Cambrai, Valenciennes, Hautmont, Viesly, Denain. A Escarbotin, les deux équipes ne peuvent se départager (2-2, buts de Braun et Campuzan pour la Picardie). Puis, au stade Moulonguet, la Picardie, avec 9 joueurs d’Amiens et 2 d’Abbeville (Choquet et l’ex et futur Amiénois Michel Cerf), l’emporte 2-1 (buts de Dumoulin et Harduin).

Au début du mois suivant, le 9 juin, au stade Moulonguet, la Picardie perdra la finale en étant rudement battue par la sélection Maritime (4-1), malgré un but de Dumoulin dès la 2e minute.

La saison s’achèvera le 15 juin, à l’Hôtel de Ville d’Amiens, où joueurs, dirigeants, supporters du club sont reçus par le maire d’Amiens, Camille Goret. C’est le point final d’une longue saison remarquable de l’Amiens A.C., dont voici le bilan chiffré.

LA SAISON 1956-1957 EN CHIFFRES

  • CHAMPIONNAT DE DIVISION D’HONNEUR: 1er, 18 victoires, 3 nuls, 1 défaite; 62 buts pour, 13 buts contre.
  • COUPE DE FRANCE: 4 victoires, 1 défaite (élimination au 6e tour par Roubaix, 1-2 après prolongation), 16 buts pour, 6 buts contre.
  • COUPE DE PICARDIE: 4 victoires, 21 buts pour, 2 buts contre.
  • ONT JOUE EN MATCHES OFFICIELS (31 matches): gardiens: Bernard Forcioli (23 m.) et François Delaplace (28 m.); défense: Roland Feuillet (30 m.), Jacques Falize (29 m.), Guy Wageneire (26 m.), Devimeux (1 m.); milieu et inters: Jacques Bouly (31 m.), Jean Mankowski (31 m.), Jack Braun (30 m.), Edouard Harduin (29 m.), Claude Jany (28 m.); attaque: Frédy Dumoulin (31 m.), Serge Campuzan (30 m.), André Berger (6 m.), Jean Marescaux (6 m.), Marcel Eloy (1 m.), Claude Mittet (1 m.).

L’équipe du doublé de 1957. Debout: Forcioli, Feuillet, Falize, Bouly, Harduin, Wageneire; accroupis: Jany, Mankowski, Dumoulin, Braun, Campuzan.

  • LES BUTEURS (99 buts en matches officiels): Frédy Dumoulin (34 buts), Serge Campuzan (22 b.), Jean Mankowski (17 b.), Edouard Harduin (6 b.), André Berger (4 b.), Jack Braun (4 b.), Claude Jany (4 b.), Jean Marescaux (2 b.), Claude Mittet (2 b.), Marcel Eloy (2 b.). 2 buts d’adversaires contre leur camp.
  • L’EQUIPE-TYPE DE LA SAISON: Bernard Forcioli — Jacques Falize, Roland Feuillet, Guy Wageneire — Edouard Harduin, Jacques Bouly — Jean Mankowski, Jack Braun — Claude Jany, Frédy Dumoulin, Serge Campuzan.

FIN DU FEUILLETON

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), Les statistiques, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s