C’était il y a 60 ans (épisode 8): avril

En avril 1957, l’Amiens A.C. fête le titre de champion du Nord et part en quête d’un doublé en Coupe de Picardie.

LE TEMPS DES FLEURS

Le titre de champion du Nord étant acquis depuis plusieurs semaines, les joueurs d’Amiens consacrent le mois d’avril à la Coupe de Picardie et à la Coupe Jooris des sélections. Le 7 avril, Amiens passe les quarts de finale de Coupe de Picardie en battant 6-2 Fressenneville, qui a débuté la rencontre avec un avantage de 2 buts, jouant 2 divisions inférieures.

Le 14 avril, huit joueurs amiénois (Forcioli, Falize, Harduin, Feuillet, Jany, Dumoulin, Braun et Campuzan) retrouvent trois Abbevillois (Choquet, Cerf et Lemaire) sous le maillot jaune et bleu de la Picardie pour rencontrer l’Artois au stade Paul-Delique d’Abbeville. La sélection artésienne est composée de joueurs des clubs miniers (Auchel, Bruay) et de jeunes du R.C.Lens (Courtin, Bigot, Carlier).  L’occasion est bonne pour les Amiénois de se mesurer à des joueurs évoluant en C.F.A. ou même parfois, chez les pros lensois. Le test est probant. Les Picards l’emportent 2-0 (buts de Dumoulin et Lemaire).

Avant le match contre Cambrai, le président Georges Poidevin, remet une gerbe de fleurs à Edouard Harduin. A sa gauche: Forcioli, Braun, Falize, Feuillet, Campuzan, Bouly, Jany, Dumoulin, Wageneire, Mankowski.

Après une victoire en match amical contre l’équipe réserve des pros du Red Star (3-0), Amiens dispute son dernier match de championnat, le 28 avril, contre Cambrai. En dépit du mauvais temps, c’est l’occasion d’une belle fête au stade Moulonguet. La fanfare de Saint-Pierre est venue rendre hommage aux champions. Le président général du club, Georges Jacob, prend la parole avant le match pour rappeler le chemin parcouru depuis l’abandon du professionnalisme en 1952. Il se souvient que le club accusait un déficit de 14 millions de francs. Aujourd’hui, les comptes sont équilibrés. Il remercie les dirigeants qui ont permis ce redressement: Georges Poidevin le président, mais aussi Jean Divry, le docteur Jean Masson, le trésorier Ernest Denis.

Georges Poidevin et le capitaine-entraîneur de Cambrai, l’ancien international Jean Lechantre, offrent des gerbes de fleurs à l’entraîneur-capitaine d’Amiens, Edouard Harduin. Et pour que la fête soit complète, les Amiénois l’emportent 3-2. Dès la 3e minute, Serge Campuzan marque en reprenant un centre de Frédy Dumoulin. Jean Mankowski marque à la 14e minute. Cambrai revient ensuite au score grâce à 2 buts de Verret (22e et 33e minutes). Mais peu avant la mi-temps, à la suite d’un coup franc de Jack Braun, Dumoulin inscrit le but de la victoire, son 17e de la saison en championnat.

Le classement final du championnat.

Pour ce dernier match de championnat, Harduin a pu aligner l’équipe-type qui a disputé la très grande majorité des rencontres: Forcioli — Falize, Feuillet, Wageneire — Harduin, Bouly — Jany, Mankowski, Dumoulin, Braun, Campuzan.

(à suivre)

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s