Illiet, un nom prédestiné

Très bon footballeur professionnel, international B aujourd’hui oublié, Pierre Illiet a joué successivement avec mon grand-père et mon père sous les couleurs d’Amiens.

Son nom  le prédestinait à devenir un buteur de talent: Illiet (son nom est souvent orthographié Iliet) ! Pierre Illiet fait partie de ces excellents footballeurs oubliés malgré leur  longue carrière. Bien qu’ayant joué 8 saisons à l’Amiens A.C., son nom apparaît rarement dans les ouvrages consacrés au football amiénois. Pourtant, il fut un très bon attaquant, comme l’attestent ses sélections en équipe du Nord en 1932, en équipe de France B en 1933 et 1937 (capitaine de la sélection, lors d’un match au Maroc, il a même été décoré de l’ordre du Ouissam Alaouite !) , et son apparition sur le banc des remplaçants en équipe de France en 1936.

Arrivé à Amiens à l’intersaison 1930 à 18 ans (il est né en 1912 à Rouen), il joue une saison en équipe réserve puis apparaît régulièrement dans l’attaque amiénoise, comme ailier ou avant-centre, lors de la saison 1931-32. Au côté de Georges Taisne, ses qualités de buteur sont rapidement reconnues: il inscrira près de 100 buts en match officiel sous les couleurs d’Amiens. Lorsque le club picard devient professionnel en 1933, il y participe aux 3 premières saisons avant de partir, en 1936 pour l’Excelsior Roubaix, puis Valenciennes et Arras.

Pierre Illiet, caricaturé dans Le Progrès de la Somme en 1933.

Pierre Illiet, caricaturé dans Le Progrès de la Somme en 1933.

En 1945, Illiet revient à Amiens. Il est prévu comme remplaçant mais l’effectif réduit de l’A.A.C. lui permet de jouer encore deux saisons, de 1945 à 1947. Il joue moins en pointe, c’est au milieu de terrain qu’il évolue, de manière remarquable. La seconde saison, il fait également office d’entraîneur.

Au total, il aura disputé plus de 150 matches officiels sous les couleurs amiénoises. Au fil de mes recherches, j’ai également découvert cette particularité: Pierre Illiet est le seul joueur à avoir été le coéquipier de mon grand-père, Marcel Braun, et de mon père Jack.

Entre 1932 et 1934, alors que Marcel Braun était à l’extrême fin de sa carrière, ils ont joué plusieurs fois ensemble, en équipe B mais aussi en équipe première. On citera un 8-2 contre Lens le 17 janvier 1932, un 4-2 contre la même équipe de Lens le 7 mai 1933 (3 buts d’Illiet), un 6-1 contre le Club Français, le 12 mai 1934, au cours duquel Illiet inscrivit 4 buts.

13 ans plus tard, le 25 mai 1947, alors qu’Illiet est entraîneur-joueur, il fait entrer le jeune Jack Braun à un poste inhabituel d’ailier droit lors d’un match de division 2 à Besançon (0-1). Lui-même occupe le poste de demi droit et les deux joueurs permuteront pendant la rencontre.

Didier Braun

Advertisements
Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), L'époque de Marcel (années 1920-30), Les personnages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s