Debuigny, un nageur à l’aile gauche d’Amiens

Le 10 mai 1931, Amiens se déplace à Roubaix pour affronter l’Excelsior. 10 joueurs seulement font le voyage. Un nageur fera le 11e !

La fin d’une longue saison approche, en ce début du mois de mai 1931. L’Amiens A.C., qui est allé jusqu’en quarts de finale de la Coupe de France (Montpellier-Amiens, 2-1, le 8 mars à Colombes),  a accumulé les matches en retard en championnat. Il est parfois difficile à certains de ses joueurs de se libérer de leurs obligations pour disputer les dernières rencontres.

Le 10 mai, ils ne sont que dix à prendre le train gare du Nord pour se rendre à Roubaix, où les attend l’Excelsior, au stade Amédée-Prouvost. Manque à l’appel l’avant-centre international Paul Nicolas, blessé. On n’a trouvé personne pour le remplacer au pied levé. Jusqu’à quelques minutes de la rencontre, la composition de l’équipe ressemble à cela:

Michel — Lapierre, Masset — Grandsert, Delmer, Braun — Liberati, Lemesre, X, Balavoine, Dinouart.

Mais il se trouve qu’un joueur figurant parfois en équipe réserve rejoint les footballeurs, peut-être bien au titre de spectateur. S’il est sur place, Germain Debuigny, c’est que le matin même, il a disputé un match de… water-polo avec l’équipe de l’A.A.C.. Face à l’équipe 2 des Enfants de Neptune de Tourcoing (dont l’équipe première truste les titres de champion de France), la section de l’A.A.C. a perdu 18-0 ! La déroute, à peine digérée, n’a pas empêché Debuigny de quitter la piscine de la rue du Printemps (future rue Gabriel-Péri) pour venir soutenir ses camarades footballeurs du côté de Wattrelos.

 

Une déroute face aux Enfants de Neptune...

De la piscine après une déroute face aux Enfants de Neptune…

Mais le voici aussitôt enrôlé pour se voir confier le poste d’ailier gauche. Lemesre passant avant-centre en lieu et place de Nicolas, Dinouart jouera au poste d’inter droit. Bah ! l’arrivée du nageur footballeur ne sera pas d’un grand secours, si l’on en croit l’article du Progrès de la Somme:

« [Debuigny] après avoir nagé à Tourcoing le matin arriva sur le terrain au dernier moment. Assez fatigué, dépaysé, il ne pouvait à vrai dire être d’une grand utilité. Aussi les Amiénois ne jouèrent qu’à 10 tout en étant à 11, puisqu’on l’incorpora ! »

... à une défaite au stade Amédée-Prouvost: quel dimanche !

… à une défaite au stade Amédée-Prouvost: quel dimanche !

Pourtant, jouant à 10 et demi, Amiens tient le 0-0 jusqu’à la mi-temps. L’équipe picarde s’inclinera pendant la seconde période, sur deux buts de l’avant-centre roubaisien Robert Barbieux. Alors qu’il reste deux matches de championnat à disputer, Amiens ne peut plus espérer terminer parmi les trois premiers du championnat du Nord. L’A.A.C. finira la saison en gagnant à Lourches (3-2) et en perdant chez le champion 1931, l’Olympique Lillois (2-4).

Quant à Germain Debuigny, il retournera à la piscine (je suppose que c’est au Bain de sable que les nageurs de l’A.A.C. s’entraînent) et à ses jeux nautiques, participant aux championnats régionaux et à la traversée de la Somme, en compagnie notamment d’un ancien footballeur de qualité, Charles Sadowski, qui avait été champion du Nord de football en 1924, et dont le fils, Jacques, sera également, plus tard, un valeureux nageur.

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s