La Picardie, déjà, était au Nord

La disparition de la #Picardie dans la nouvelle géographie administrative a provoqué des débats enflammés, surtout chez les Picards. Dans le #football, la Picardie a-t-elle toujours existé ?

Les plus jeunes peuvent ne pas le savoir. Dans le domaine du football, la Ligue de Picardie est une création qui n’a pas 50 ans. Elle n’a été créée qu’en 1967, par décision ministérielle. La Picardie a alors regroupé des départements qui, sur le plan du football, n’avaient aucun lien auparavant: la Somme, jusqu’alors rattachée à la Ligue du Nord, l’Aisne, qui appartenait à la Ligue du Nord-Est, et l’Oise, qui dépendait de la Ligue de Paris. Ce regroupement avait pu paraître aussi artificiel que la création de la région dite de Picardie, par un décret de 1960 sur les circonscriptions administratives. Dans l’ouvrage « La Picardie – Verdeur dans l’âme » publiée en 1993 par les éditions Autrement, l’essayiste picard Jacques Darras écrit d’entrée:

« Commençons donc par dire que la Picardie est une région introuvable. Qui pourrait honnêtement prétendre que la région picarde ne fut pas découpée par défaut dans la matière historique française ou que les trois départements de la Somme, de l’Aisne et de l’Oise ne furent pas fondus ensemble par décret du 2 juin 1960 dans une identité nouvelle dite  »Picardie » parce qu’ils étaient inclassablement demeurés sur le tapis où se taillait le nouveau puzzle national ? »

Jusqu’en 1967, le football de la Somme était tourné vers ses voisins du Nord, comme le football de l’Aisne se dirigeait vers ses voisins de l’Est (Ardennes, Marne) alors que celui de l’Oise regardait plutôt vers Paris. Les footballeurs de la Somme sélectionnés dans les équipes du Nord étaient fiers de porter le maillot blanc et les bas noirs, lors des grands matches inter-Ligues de l’avant-Guerre (dont le traditionnel Nord-Paris) ou en Coupe nationale des Ligues amateurs ou cadets.

Le nom Picardie avait cependant une existence officielle dans l’organisation du football nordiste. Il s’agissait d’un des districts qui, avec l’Artois, l’Escaut, Maritime et le Terrien, composaient la Ligue du Nord. Il a été longtemps présidé par Henri Leclercq. Le district gérait les compétitions dans le seul département de la Somme et possédait sa Coupe départementale. Les clubs de la Somme qui émergeaient des championnats du district de Picardie accédaient aux championnats du Nord (Promotion, Honneur), où ils affrontaient les meilleures équipes des départements du Nord et du Pas-de-Calais. On trouvait cela aussi naturel que de lire dans les livres de géographie de la Somme des programmes de l’école primaire, une phrase comme celle-ci, extraite de « La nouvelle géographie scolaire du département de la Somme », publié dans les années 1930: « [Le département de la Somme] appartient à la région du Nord » – c’est écrit en gras dans l’ouvrage.

  • Amiénois et Abbevillois sous le même maillot !

L’équipe de Picardie existait aussi. Elle participait chaque année à la Coupe Henri-Jooris – du nom du grand président de l’Olympique lillois et de la Ligue du Nord. Elle y rencontrait les sélections des autres districts du Nord. Sous le beau maillot jaune et bleu, se sont retrouvés chaque année des joueurs qui, tout le long de la saison, s’empoignaient rudement en championnat ou en Coupe de Picardie. C’était notamment le cas des joueurs d’Amiens et d’Abbeville, dans les années 1950, sous la conduite de Pierre Leroy, qui avait été l’entraîneur d’Abbeville après la Libération.

La sélection picarde en 1955. De g. à dr., debout: Kolski, Falize, Vasseux, Harduin, Braun, Feuillet; accroupis: Hugo, Swiatek, Dumoulin, Mourche, Campuzan.

La sélection picarde en 1955. De g. à dr., debout: Kolski, Falize, Vasseux, Harduin, Braun, Feuillet; accroupis: Hugo, Swiatek, Dumoulin, Mourche, Campuzan.

Voici quelques-unes de ces sélections picardes des années 1950. En gras, les joueurs de l’Amiens A.C.

  • saison 1952-53, Picardie-Escaut: 5-3. L’équipe: Dobigny (Corbie) — Hurtelle (Mers), Germain (Abbeville), Dumont (Escarbotin) — Braun (AAC), Harduin (AAC) – Hernas (Abbeville), Baillet (AAC) — Péronne (Saint-Ouen), Birouste (Escarbotin), Flament (Corbie).
  • saison 1952-53, Picardie-Terrien: 2-4. Dobigny — Flament (Corbie), Germain, Hurtelle — Braun, Harduin — Hernas, Grare (Amiens Sports) — Marquette (Abbeville), Birouste, Péronne.
  • saison 1953-54, Escaut-Picardie: 3-1. Dalaison (Mers) – Boulogne (Albert), Braun, Hurtelle — Harduin, Cerf (Abbeville) — Pruvost (Amiens Sports), Baillet (Saint-Ouen) — Boucher (Amiens Sport), Eloy (AAC), Marquette.
  • saison 1954-55, Picardie-Artois: 2-1. Vasseux (Abbeville) — Falize (AAC), Feuillet (AAC), Kolski (Mers) — Cerf, HarduinSwiatek (AAC), Mourche (Escarbotin) — Boucher, Dumoulin (Doullens), Campuzan (AAC).
  • saison 1954-55, Picardie-Maritime: 4-2. Vasseux — Falize, Feuillet, Kolski — Braun, HarduinSwiatek, Mourche — Hugo (AAC), Dumoulin, Campuzan.
  • saison 1955-56, Picardie-Escaut: 1-2. Vasseux — Falize, Feuillet, Legrand (Abbeville) — De Fromentel (Abbeville), Cerf– Schott (Abbeville), Jany (AAC) — Lemaire (Abbeville), Polrot (Escarbotin), Campuzan.
  • saison 1956-57, Picardie-Artois: 2-0. Forcioli (AAC) — Falize, Feuillet, Choquet — Harduin, Cerf — Jany, Braun — Lemaire, Dumoulin (AAC), Campuzan.
  • saison 1956-57, Picardie-Escaut: 2-2 a.prolongation. ForcioliFalize, Germain, Choquet — Harduin, Cerf — Mourche, BraunJany, Dumoulin, Campuzan.
  • saison 1956-57, Picardie-Escaut:2-1. ForcioliFalize, Feuillet, Choquet — Harduin, Cerf — Jany, BraunBerger (AAC), Dumoulin, Campuzan.
  • saison 1956-57, Picardie-Maritime: 1-4. ForcioliFalize, Feuillet, Choquet — Harduin, Cerf — Jany, Braun — Hallez (Roisel), Lenglet (Abbeville), Dumoulin.
  • saison 1957-58, Picardie-Terrien: 1-0. ForcioliFalize, Feuillet, Choquet — Jany, Cerf (AAC) — Schott, Braun — Lemaire, Marescaux (AAC), Campuzan.
  • saison 1957-58, Picardie-Escaut: 0-1. ForcioliFalize, Germain, Choquet — Jany, Cerf — Schott, Braun — Lemaire, Marescaux, Campuzan.
  • saison 1958-59, Maritime-Picardie: 1-2. Gayet (AAC) — Falize, Feuillet, Choquet — Bachelet (AAC), CerfBraun, Léchauguette (Abbeville) — Scott, Doré (AAC), Poison (AAC).
  • saison 1958-59, Escaut-Picardie: 3-2. GayetFalize, Feuillet, Choquet — Bachelet, CerfBraun, Léchauguette — Schott, Doré, Poison.
  • saison 1959-60, Picardie-Terrien: 3-1. Flautre (AAC) puis Haeck (Abbeville) — Falize, Feuillet puis Gilles Marquette (Abbeville), Choquet — Bachelet, Cerf — Deneux (Abbeville), Braun — Dacquet (Abbeville), Corroyer (AAC), Campuzan.
  • saison 1959-60, Picardie-Artois: 4-5. FlautreFalize, Feuillet, Choquet — Bachelet, CerfPoteau (AAC), Dacquet — Campuzan, Poison, Vandesteene (Mers).

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s