En 1927, Amiens 2e du championnat de France

L’Amiens A.C. a participé au premier championnat de France de la Fédération française de football. C’était en 1927.

Depuis la création de la F.F.F. en 1919, la seule compétition à caractère national est la Coupe de France. Son vainqueur se voit d’ailleurs attribuer le titre de champion de France.

Les championnats se déroulent au sein des Ligues régionales, lesquelles tiennent à cette compétition qui assure leur puissance. Les trois principaux championnats sont ceux des Ligues de Paris, du Nord et du Sud-Est. En 1926, la F.F.F. décide d’organiser, en fin de saison, un championnat national réunissant, en trois niveaux hiérarchiques, les vainqueurs des championnats régionaux. Dans le championnat d’Excellence – le plus élevé, seront en compétition les champions du Nord, de Paris, de Normandie, du Sud-Est et du Sud-Ouest.

Trois ans après son premier succès régional, Amiens a remporté le titre de champion du Nord, en devançant de 6 points l’U.S.Boulogne. Ses habituels rivaux nordistes, l’Olympique Lillois, l’U.S.Tourcoing, le R.C.Roubaix, terminent loin. Amiens n’a perdu que 2 de ses 18 matches.

Le mini-championnat de France oppose, au mois de mai 1927, Amiens au C.A.Paris (champion de Paris), à la Bastidienne (champion du Sud-Ouest) et à l’Olympique de Marseille (champion du Sud-Est).

  • 1er mai 1927
  • AMIENS et C.A.PARIS: 1-1.
  • AMIENS: Michel — Wallet, Lapierre — Troude, Sheldon, Huguet — Pierucci, Macquart, Taisne, Thompson, Aerts.

Pour son premier match, le 1er mai, Amiens est tenu en échec par le C.A.Paris (1-1), au stade Moulonguet. L’équipe picarde est dominée en début de match et le C.A.P. ouvre la marque sur penalty, par Quentier. Amiens égalise avant la mi-temps, par l’Italien Bruno Pierucci, de la tête, sur un corner tiré par le Belge Leopold Aerts. Le score en reste là, à l’issue d’un match dans lequel, selon le journal L’Auto, « le jeu des deux équipes fut généralement mauvais. »

Bruno Pierucci (à droite), buteur contre le C.A.Paris, d’un puissant coup de tête

  •  8 mai 1927
  • S.C.BASTIDIENNE bat AMIENS: 3-1.
  • AMIENS: Michel — Wallet, Lapierre — Braun, Topp, Huguet — Pierucci, Fréville, Taisne, Thompson, Alcocel.

Le deuxième match conduit Amiens à Bordeaux, pour y rencontrer la Bastidienne. Plusieurs changements ont été opérés dans l’équipe picarde, avec l’entrée de deux joueurs rarement titulaires pendant la saison: le Danois Olaf Topp et l’Algérien Alcocel. Les Amiénois, plus athlétiques à l’image d’Urbain Wallet, sont en difficulté face au jeu au sol.  Pierucci ouvre rapidement le score, mais les Bordelais égalisent par Gros puis prennent l’avantage avant la mi-temps, par Juan Aparici. La seconde période est plus heurtée. Georges Taisne, Robert Thompson, Pierucci ont des occasions mais c’est la Bastidienne qui s’assure la victoire, par François Aparici. La défaite semble ôter à Amiens toute chance de remporter le titre.

  • 15 mai 1927
  • AMIENS bat F.C.ROUEN: 3-0.
  • AMIENS: Michel — Wallet, Lapierre — Braun, Topp, Huguet — Pierucci, Adolphe, Taisne, Thompson, Alcocel.

Pourtant, tout n’est pas perdu. Amiens retrouve son stade Moulonguet, pour le 3e match, contre son vieux rival, le F.C.Rouen, avec lequel les affrontements récents, n’ont pas été tendres. Cette fois, Amiens prend nettement l’ascendant. L’équipe picarde s’impose en première période et marque deux buts: le premier par Georges Taisne, lancé par Edouard Adolphe, d’un tir très fort qui frappe le poteau; le deuxième à la suite d’un coup franc de Bruno Pierucci, repris devant le but par Robert Thompson (selon les sources, le but est accordé à l’un ou à l’autre). La seconde période est dominée par Rouen, mais la défense d’Amiens tient bon et, en fin de match, l’A.A.C. inscrit un 3e but par Taisne, à la suite d’une combinaison avec Thompson. C’est la première fois que l’équipe picarde bat Rouen en match officiel.

  • 29 mai 1927
  • AMIENS bat MARSEILLE: 3-2.
  • AMIENS: Michel — Wallet, Lapierre — Braun, Sheldon, Troudes — Pierucci, Adolphe, Taisne, Thompson, Alcocel.

Il reste un match à jouer à Amiens, qui conserve une mince chance d’être champion, bien que le C.A.Paris, net vainqueur de la Bastidienne (5-2), ait pris une option sur le titre. Mais Marseille, qui reçoit l’A.A.C. au stade de l’Huveaune, a deux matches à disputer. Vainqueur de la finale de la Coupe de France contre Quevilly (3-0), l’O.M. peut réussir le doublé s’il remporte ces deux matches. Dans son édition du 16 mai, L’Auto a même osé titrer : « L’Olympique de Marseille sera champion de France ».

L’O.M. est donc largement favori, même si Jules Dewaquez, blessé lors du récent France-Espagne, est forfait. Marseille n’a subi aucune défaite à domicile de toute la saison. La confiance règne dans ses rangs. Juste avant la rencontre, Amiens doit changer de tenue, son habituel maillot bleu ciel se confondant avec le blanc des Marseillais. Les Picards joueront donc en rouge.

Le début de la rencontre confirme les pronostics. Jean Boyer, sur corner de Maurice Gallay (30e minute), puis Raymond Durand, servi par Boyer (32e) portent le score à 2-0 en deux minutes. Mais, juste avant la mi-temps, Amiens réduit la marque. L’auteur du but ? Selon les sources, Pierucci, sur passe de Taisne (pour Match L’Intran), Alcocel, sur passe de Braun (pour L’Auto), voire Adolphe (pour Le Progrès de la Somme). Essayez donc de tenir des statistiques avec des informations aussi différentes !!

En seconde période, le Danois Olaf Topp est expulsé pour avoir boxé Durand ! L’O.M. ne profite pas de cet avantage numérique. Au contraire, Amiens égalise par Thompson sur centre d’Alcocel, puis prend l’avantage une minute plus tard, grâce à Georges Taisne.

Le souriant Bruno Pierucci, très efficace en championnat de France

Le souriant Bruno Pierucci, très efficace en championnat de France

Comme dans le même temps, le C.A.Paris l’emporte à Rouen (2-1), le titre ne peut plus échapper à l’équipe parisienne. Quant aux Picards, ils repartent de Marseille, heureux de leur exploit (ils viennent de battre les vainqueurs de la Coupe de France), mais frustrés d’avoir raté le titre pour n’avoir pas su s’imposer à Bordeaux.

  • Le classement final
  • 1. C.A.Paris, 10 points
  • 2. Amiens A.C., 9 points
  • 3. O.Marseille, 8 points
  • 4. S.C. Bastidienne, 7 points
  • 5. F.C.Rouen, 6 points.

Amiens n’aura jamais plus l’occasion d’être champion de France. Quand viendra le professionnalisme, l’A.A.C., puis l’Amiens S.C., ne participeront jamais au championnat de Division 1. D’ailleurs, aucun club picard n’a jamais atteint le plus haut niveau du championnat de France.

Didier Braun

 

Advertisements
Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), Les événements, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s