Mes deux grands-pères dans le même journal

Comme je consultais les collections du Progrès de la Somme aux Archives départementales de la Somme, en quête de découvertes sur l’équipe de football de l’Amiens A.C. à l’époque de mon grand-père Marcel, je suis tombé par hasard sur des articles citant mon autre grand-père, Robert Bacquet. Mes deux Pépés étaient réunis dans la même page !

Je ne m’attendais évidemment pas à cela. J’épluchais les comptes rendus des matches d’Amiens dans les pages sportives du Progrès. J’en étais à la saison 1929-1930. Je terminais la lecture de l’article portant sur un match de championnat du Nord Amiens-Arras, disputé le 10 novembre 1929. Amiens l’avait emporté 4-0, grâce à deux doublés d’Ernest Liberati et de Paul Nicolas, ses deux attaquants internationaux.

Pourquoi, à ce moment-là, mon regard a continué de survoler la page sportive du journal ? Je l’ignore. Toujours est-il que, dans la colonne voisine, je tombe sur le compte rendu d’un match entre le R.C.Albert et le Stade Amiénois (5-1). Je m’y attarde un instant, cherchant sans doute des noms de joueurs qu’avait côtoyés mon grand-père en 1922, lorsqu’il avait joué quelques mois au Stade, avant de signer à l’Athlé. Son présents, en effet, Paul Pruvost, évidemment, également Deparis et François. Mais mon œil est attiré par le dernier nom figurant dans l’équipe d’Albert: Bacquet.

Le Progrès de la Somme, 11 novembre 1929.

Il s’agit de mon autre grand-père, Robert Bacquet ! Je savais qu’il avait joué au football, mais je ne soupçonnais pas que son nom avait pu figurer dans les gazettes. Il était instituteur et, partout où il a enseigné dans les villages et villes de la Somme, il prenait une licence dans le club local. Effectivement, il avait été instituteur à Albert à la fin des années 1920.

Comme tout maître d’école formé chez les « hussards de la République » (la Troisième), il avait le souci du classement et de l’archivage de toutes sortes de papiers et photos. Je me suis replongé dans les magnifiques albums qu’il a tenus, toute sa vie durant. J’y ai retrouvé plusieurs photos d’équipes dans lesquelles il figurait. En voici une, à Albert, (maillot rayé vert et noir), datant de 1929.

Le R.C.Albert, saison 1928-1929. Robert Bacquet est debout, le 2e à droite.

J’ai aussi en ma possession sa licence de 1919, sous l’égide de l’U.S.F.S.A., l’organisme omnisports qui gérait le football avant la création de la F.F.F. Mon grand-père était alors élève à l’Ecole Normale d’Amiens, rue Jules-Barni, et participait aux championnats scolaires. Une photo de l’équipe avait même été publiée en 1920 dans la revue Le Football Association, le journal officiel de la toute jeune F.F.F.

Toute sa vie, Robert Bacquet a été un passionné de sport, de cyclisme et de football surtout. Enfant, il avait découvert ce sport, dans son village natal de Frohen-le-Grand, en voyant jouer les soldats britanniques, redescendus du front pendant la Première Guerre mondiale. Pendant son service militaire, effectué en 1924 au service météorologique du fort de Saint-Cyr, il avait eu la chance d’assister aux Jeux Olympiques, à Colombes. Il gardait un souvenir ébloui de l’équipe d’Uruguay et m’a même légué des cartes postales illustrées par les photos des équipes ayant participé aux Jeux !

Après son service militaire, il eut souvent l’occasion de voir jouer mon grand-père Marcel Braun, au stade Moulonguet. Il ne pouvait pas savoir que 25 ans plus tard, le mariage de sa fille avec Jack Braun unirait les deux familles. Après la Deuxième guerre mondiale, installé à Amiens où il poursuivit sa carrière comme directeur d’école (Delpech, Châteaudun) jusqu’à sa retraite, il ne manqua pas beaucoup de matches, à Moulonguet, à l’époque où mon père jouait. Jusqu’à la fin de ses jours, y compris quand il eut perdu la vue, il continua de se passionner pour l’actualité du football. Il suivait à distance, mais  avec beaucoup d’attention, ma carrière de journaliste.

Vous comprenez donc pourquoi c’est avec émotion que j’ai découvert la présence simultanée du nom de mes deux grands-pères, dans ce journal de 1929 et dans quelques autres par la suite.

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), Souvenirs personnels, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s