« Boxing Day » à Amiens… en 1926

Dans les années 1920, le football ne connaissait pas la « trêve des confiseurs ». Comme tous leurs collègues, bien qu’amateurs, les joueurs d’Amiens jouaient souvent au moment de Noël et du Jour de l’An.

A la fin de 1926, le titre de champion du Nord se joue pendant les Fêtes de fin d’année. Entre le 19 décembre et le 2 janvier 1927, l’Amiens A.C. dispute trois matches contre ses rivaux directs dans la course au titre.

Le 19 décembre, l’A.A.C. se déplace à Boulogne. Les deux équipes sont au coude-à-coude au classement. Grâce à 4 buts du remarquable attaquant belge Leopold Aerts, Amiens s’impose 6 buts à 3.

Pas d’excès pour Noël car une nouvelle journée de championnat se déroule le 26 décembre, qu’on  n’appelle évidemment pas « Boxing Day », pour reprendre l’expression anglaise, inconnue en France. Ce jour-là, par un temps ensoleillé, Amiens reçoit l’U.S. Tourcoing, rue Louis-Thuillier. L’équipe nordiste est un autre prétendant au titre et se déplace avec ses joueurs renommés, comme Maurice Depaepe, Tom Baron, F.Parsys, Victor Farvacques. Amiens se présente dans la composition suivante:

  • Damay — Wallet, Lapierre — Braun, Sheldon, Thédié — Pierucci, Macquart, Taisne, Thompson, Aerts.

Le match est serré, mais Amiens fait la différence en fin de rencontre, grâce à des buts de Georges Taisne et d’Edouard Macquart.

A peine le temps de se remettre de ses fatigues et de digérer le passage à l’année nouvelle et le stade du quartier Henriville accueille un nouveau match au sommet, si ce n’est « Le » match de l’année: Amiens-R.C.Roubaix. Chaque saison depuis qu’Amiens a accédé au championnat de l’élite de la Ligue du Nord, les rencontres entre les deux équipes sont des événements. Les chroniqueurs de l’époque comparent ce match au sommet parisien Red Star-Olympique et aux grandes rencontres du Sud-Est entre Marseille et Sète (qu’on écrit encore Cette). Un « clasico », diraient les journalistes du XXIe siècle !!

La grande foule accourt, parmi laquelle de nombreux supporters roubaisiens venus encourager le club doyen de la Ligue du Nord (le R.C.R. a été créé en 1895).

de g. à dr.: Pierucci, Macquart, Taisne, Thompson, Aerts, quelle attaque !

de g. à dr.: Pierucci, Macquart, Taisne, Thompson, Aerts, quelle attaque !

Amiens présente l’équipe qui a battu Tourcoing la semaine précédente. Roubaix enregistre le retour de son gardien de but, François Encontre. Le Racing présente une équipe de toute première force:

  • Encontre — Louis Cocheteux, Vanco — Duponchelle, Lerouge, Cossement — Wattine, Depoers, Auguste Cocheteux, Leveugle, Jacques Bonte.

Les joueurs des deux équipes se connaissent par cœur, à force de s’affronter en championnat du Nord et de se fréquenter en sélection du Nord. Sept des acteurs du jour faisaient partie de l’équipe nordiste qui a battu la sélection de Paris (3-0), fin 1925, pour la première fois depuis la Guerre: les Roubaisiens Encontre, Vanco, Depoers, Leveugle, les Amiénois Wallet, Thédié et Braun. Cela ne signifie pas que la rencontre s’annonce amicale. L’enjeu est trop important.

Effectivement, le match s’emballe d’entrée. Georges Taisne ouvre la marque à la 22e minute sur passe d’Edouard Macquart. Mais bientôt, Raymond Wattine prend de vitesse Urbain Wallet et égalise. Puis a lieu l’incident qui va tout changer. Louis Cocheteux est expulsé pour avoir blessé à l’œil Robert Thompson. Le Journal de Roubaix décrit ainsi la scène:

 » L’Amiénois tombe. Cocheteux, très sportivement, se porte vers lui pour le relever. M.Crimon le prie tout simplement de gagner la touche, à la grande stupéfaction du joueur roubaisien, de ses co-équipiers et des… Amiénois. »

Réduit à dix, Roubaix résiste pourtant jusqu’à la mi-temps. Mais ensuite, Aerts donne l’avantage à Amiens, sur une action où les Roubaisiens l’accusent d’être en position de hors-jeu. Bientôt, Auguste Cocheteux se blesse à la cuisse et ne peut continuer. Voici les Roubaisiens réduits à neuf, puis quasiment à huit, car Bonte est durement touché dans un choc avec Urbain Wallet. Il ne joue plus que les utilités, comme disent les reporters de l’époque.

  • 15 buts en 3 matches !

Amiens (qui ne joue plus qu’à dix car Thompson, souffrant trop de sa blessure, est sorti lui aussi) ajoute alors 5 buts, deux par Georges Taisne, deux autres par Bruno Pierucci, un par Edouard Macquart. En trois matches, Amiens vient de marquer 15 buts !

Le score de 7-1 ne représente évidemment par l’écart entre les deux équipes. Le Journal de Roubaix désigne clairement le responsable de la déroute roubaisienne. C’est l’arbitre:

 » Une fois de plus, la rencontre fut gâchée par un arbitrage défectueux. (…) Nous nous garderons bien de mettre en doute son impartialité, il fut tout simplement d’une faiblesse déconcertante.  (…) Il est vraiment regrettable que, cette saison, le football nordiste ait tant à souffrir de l’arbitrage.

(…) Il est grand temps que les pouvoirs intéressés prennent des mesures sérieuses. Ne serait-il pas plus intéressant de procéder comme il y a plusieurs années, c’est-à-dire de faire appel à des arbitres étrangers pour diriger les grands matches dans le Nord ? »

On le voit, la critique des arbitres est un refrain qui ne passe jamais de mode. Evidemment, la presse picarde est moins catégorique. De toute manière, estime le Progrès de la Somme, « avec Roubaix au complet et sans incident de jeu, Amiens devait sortir avec une marge très nette, c’est ce que nous a prouvé le match d’hier et ce résultat fait le plus grand honneur au onze de l’Amiens Athletic Club. »

Pour le journal sportif parisien L’Auto, qui accorde quelques lignes à ce match au sommet, il n’y a pas de doute:

Le compte rendu de "L'Auto".

Le compte rendu de « L’Auto ».

Le pronostic est juste. Amiens sera champion du Nord et participera en fin de saison au premier « championnat de France » organisé par la F.F.F.

Didier Braun

Advertisements
Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), Les événements, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s