En 1958, première nocturne à Amiens

Le 24 avril 1958, est organisée la première soirée de football en nocturne au stade Moulonguet, à Amiens. Grâce à une installation très provisoire.

En ce printemps 1958, la saison de football s’achève à Amiens. Pour sa première saison en championnat de France amateurs, l’A.A.C. a terminé à une très honorable 4e place, derrière Quevilly, Lens et Dieppe. Le public amiénois, sevré de matches de bon niveau depuis que le club avait abandonné le professionnalisme en 1952, a repris le chemin du stade Moulonguet. Plus de 30 000 spectateurs ont assisté aux 11 matches de championnat à domicile. La meilleure affluence (4 274 spectateurs) a été enregistrée le 29 décembre 1957, lors de la venue de Dieppe.

Porté par ce nouvel engouement populaire, le Syndicat d’initiative a décidé d’organiser en cette fin de mois d’avril un match en nocturne, avec la participation de deux clubs professionnels prestigieux, le Racing Club de Paris et Lille. Pour cela, il est nécessaire d’aménager le vieux stade de la rue Louis-Thuillier. Une rangée de projecteurs de 5 000 à 10 000 watts est installée en bordure des toits des deux tribunes. Les 160 000 watts de l’ensemble sont fournis par un groupe électrogène et des branchements particuliers de l’EDF. L’événement est d’importance. Rappelons que dans les années 1950, rares sont encore les stades en France pouvant accueillir des matches en nocturne, la plupart des rencontres se déroulant toujours en diurne. Ainsi, le stade olympique de Colombes ne sera équipé que dans les années 1970 et le premier match de l’équipe de France en nocturne à Paris ne s’est déroulé qu’en 1952, au Parc des Princes (France-Suède).

L'installation des projecteurs sur le toit de la tribune des gradins, en 1958

L’installation des projecteurs sur le toit de la tribune des gradins, en 1958

Dans les jours précédant l’événement, Le Courrier Picard fait la publicité pour la soirée et annonce la venue des vedettes des deux équipes professionnelles, qui comptent de nombreux internationaux. La présence du « Sanglier des Ardennes », Roger Marche, est vécue comme un événement. Quelques jours plus tôt, le capitaine de l’équipe de France a connu sa 55e sélection face à la Suisse.

Le quotidien picard publie le prix des places: 800 francs pour les places en tribunes, 500 francs pour les gradins, 300 francs pour les pourtours, mais également 600 francs pour les chaises et bancs de piste installés en bordure du terrain, spécialement pour l’événement. De nombreux bus venant de toute la région sont mis en service pour l’occasion, à cause de l’heure tardive de la fin de la soirée: à 19 heures 30, l’équipe première de l’Amiens A.C. rencontrera l’équipe amateurs de Lille; à 21 h.30. débutera Racing-Lille, match dirigé par le célèbre arbitre amiénois Virgile Dufossé, par ailleurs marchand de charbon du boulevard de Bapaume.

L'affiche de la soirée

L’affiche de la soirée

Plus de 6 000 spectateurs vont assister à l’événement. Le match des vedettes professionnelles est largement dominé par les Parisiens qui l’emportent aisément, 3-0. L’image ci-dessous, tirée du Courrier Picard, montre que la qualité de l’installation électrique (mais aussi des appareils photos, peu adaptés à la lumière artificielle) n’a rien à voir avec ce que l’on connait aujourd’hui.

En haut de l'image, on aperçoit la discrète lumière des projecteurs !

En haut de l’image, on aperçoit la discrète lumière des projecteurs !

En lever de rideau, Amiens confirme la bonne qualité de son effectif en tenant en échec la réserve de Lille (2-2). L’équipe picarde s’impose en début de match et marque deux fois, par Claude Mittet (12e minute) et Bernard Poison (19e). La seconde partie de la rencontre se joue à la lumière artificielle, ce qui, d’après le journaliste du Courrier, semble gêner les Amiénois. Il écrit: « Lille est beaucoup plus à l’aise, jouant à la lumière, et Amiens  »se cherche » quelque peu. » Dans cette seconde période, Roty et Lejeune égalisent pour Lille.

  • L’EQUIPE D’AMIENS: Forcioli — Falize, Cerf, Bouly — Harduin, Jany — Bekaert (puis Campuzan), Mittet, Dumoulin, Braun, Poison.

L’expérience de la nocturne sera sans lendemain. Pendant plus d’une décennie, les championnats se déroulent l’après-midi et les séances d’entraînement (sauf lors des journées d’été) ont lieu le midi. Il faudra attendre 1972 (Amiens S.C.-Boulogne, 0-0, le 29 octobre, merci Lionel Herbet) pour que le stade Moulonguet soit équipé d’installations définitives pour nocturnes.

Didier Braun

 

 

Advertisements
Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), Les événements, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s