En 1929, le terrain de Rouen est envahi !

On croit à tort que la violence, le jeu dur, le chauvinisme dans le football sont des maladies des temps modernes. Le mal n’est pas nouveau. La preuve, à l’occasion d’un match de Coupe de France Amiens-Le Havre, en 1929.

Lecture du Miroir des Sports du 29 janvier 1929, sous la signature de Gabriel Hanot, envoyé spécial à Rouen pour le match de 16e de finale de Coupe de France opposant l’Amiens A.C. au Havre:

 » Amiens menait par 2 buts à 1. Il restait six minutes à jouer et l’on assistait à un effort désespéré des Havrais pour égaliser, lorsque l’ailier droit picard Clabaut reçut le ballon en position nettement hors-jeu. Le juge de touche signala la faute, mais l’arbitre, M.Raguin, ne vit pas le geste de son auxiliaire ou, du moins, il n’en tint pas compte. Et la fatalité voulut que, devant deux équipes entièrement immobilisées, à part Clabaut, Puga II et Postel, l’ailier droit amiénois marquât le but.

Ce point fut, si l’on peut ainsi parler, la goutte qui fit déborder le vase. Le ballon était à peine remis en jeu, au centre du terrain, que l’émeute commença. Silencieusement, du fond du terrain où le but avait été marqué, des groupes de révoltés pénétrèrent sur le stade et se dirigèrent vers le centre. Il n’y eut pas d’attaque concertée, de cri de ralliement, bien que Postel manifestât à grands gestes son approbation. J’ai rarement vu quelque chose de plus impressionnant que cette protestation muette et agissante contre les décisions de l’arbitre.

  • Le terrain occupé pendant une heure

Dès qu’il aperçut l’envahissement populaire, l’arbitre mit son sifflet dans la poche et prit le chemin du vestiaire. Il n’eut pas le temps d’y parvenir que, déjà, il était rejoint, pris à parti et, livide, quelque peu malmené, en dépit de l’essai de protection que tentèrent Taisne, Rénier et des dirigeants rouennais.

(…) Il fallut une heure pour décider la foule à s’écouler lentement du terrain. Elle attendait on se demande quoi. Mais on sait bien qu’une inondation a besoin de plus de temps pour s’en aller qu’elle n’en met à arriver… Et il fallut des ruses de Sioux pour faire partir l’arbitre. « 

Le stade des Bruyères envahi. Images du Miroir des Sports

Le stade des Bruyères envahi. Images du Miroir des Sports

Dans Le Progrès de la Somme, la version du fait de jeu à l’origine des incidents diffère nettement de celle de Gabriel Hanot:

 » Six minutes restent à jouer quand Clabaut reçoit la balle au milieu du terrain et fonce seul et droit vers le but; Postel vient à sa rencontre et fait légèrement dévier la balle. Clabaut reprend et la place dans le but. L’arbitre fait signe de remettre la balle au centre, accordant ainsi le but qui est naturellement très valable. »

Au sujet de l’arbitrage de M. Raguin, on lit dans Le Progrès:

 » Dans l’ensemble, M.Raguin fut bon et on est encore à se demander les raisons invoquées par les supporters havrais pour envahir le terrain et mettre à mal un brave homme qui, tout étourdi par les coups qu’il reçut, put à peine regagner le vestiaire, protégé par les joueurs amiénois et quelques courageux sportsmen. « 

Le reporter amiénois souligne aussi que les joueurs d’Amiens eux-mêmes ont été  malmenés. Il désigne comme responsable principal des incidents la Fédération française, coupable à ses yeux d’avoir désigné le stade de Rouen comme terrain neutre pour accueillir un match qui concernait les voisins du Havre. Les dirigeants d’Amiens avaient demandé que le match ait lieu sur le terrain d’une Ligue autres que celles de Normandie et du Nord.

Dans Le Journal de Rouen, on souligne le jeu dur, fréquent au cours du match, surtout de la part des Picards:

 » [Le match] fut complètement faussé par suite de la mise hors de combat de Lebaillif, de l’irrégularité du jeu et de l’insuffisance de l’arbitrage. Les Havrais, sans doute, commirent eux aussi bon nombre d’irrégularités mais celles-ci furent généralement moins flagrantes que celles d’en face et ne composaient que la réponse du berger à la bergère. Ils furent d’ailleux exaspérés par la mise hors de combat du sympathique Lebaillif, qui constitua une faute manifeste de Lapierre et aurait dû valoir un penalty, l’Amiénois ayant cassé l’homme par le travers sans se préoccuper de la balle. « 

Redonnons alors la parole au sage et « neutre » Gabriel Hanot, au sujet de l’arbitre du match:

 » M.Raguin arbitre très bien et applique excellemment les règles du jeu lorsque les équipes sont calmes. Il est débordé et abandonne tout au hasard quand le football devient violent. (…) M.Raguin est d’une conformation athlétique faible; il n’est pas bâti pour imposer sa volonté à des révoltés. « 

Le match n’ayant pas repris, il n’a duré que 84 minutes, alors que le score est de 3-1 en faveur d’Amiens. Les dirigeants picards se demandent alors si leur club pourra conserver le bénéfice de la victoire, les Havrais réclamant qu’il soit rejoué. La commission de la F.F.F. donnera finalement le gain de la rencontre à Amiens qui se fera éliminer au tour suivant par Boulogne (1-0).

L'équipe d'Amiens telle qu'elle a disputé le match de Rouen (excusez la qualité de l'image).

L’équipe d’Amiens telle qu’elle a disputé le match de Rouen (excusez la qualité de l’image).

-> LES EQUIPES ET LES BUTS DU MATCH

  • AMIENS: Parsys — Wallet, Lapierre — Riu, Braun, Grandsert — Clabaut, Joubert, Nicolas, Hornack, Taisne.
  • LE HAVRE: Postel — Puga II, Ternon — Ita, Puga I, Cantais — Lebaillif, Doudement, Rénier, Lafaurie, Glémot.
  • 6e minute, Le Havre-A.A.C.: 1-0.- Sur une passe de Rénier, Lafaurie trompe Parsys d’un tir lobé.
  • 8e minute, Le Havre-A.A.C.: 1-1.- Coup franc lointain tiré par Wallet, dévié dans le but par Hornack.
  • 63e minute, A.A.C.-Le Havre: 2-1.- A la suite d’un centre de Clabaut, le ballon voyage dans la surface de réparation et Nicolas marque.
  • 84e minute, A.A.C.-Le Havre: 3-1.- Clabaut s’échappe (en position de hors-jeu ?) seul et trompe Postel bien que celui-ci ait dévié le ballon.

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), Les événements, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s