18 buts à 2 en 1930, un record pour Amiens !

Le 2 novembre 1930, l’Amiens A.C. reçoit le R.C.Calais, pour le compte de la 7e journée du championnat du Nord de football. Il tombe des cordes sur le stade Moulonguet. Il va aussi y avoir un déluge de buts !

Le compte rendu du journal Le Progrès de la Somme commence ainsi:

« C’est par un temps exécrable, sous des rafales de pluie et de vent que fut joué hier, rue Louis-Thuillier, le match Amiens-Calais. »

La tempête n’a pas sévi qu’à Amiens. La majorité des matches des différentes compétitions de la région ont été remis. Une seule autre rencontre du championnat du Nord s’est déroulée, le sommet opposant le R.C.Roubaix à l’Olympique Lillois, remporté (2-0) par le leader roubaisien.

  • Un titulaire « oublié » sur le quai de la gare de Boulogne !

Les Calaisiens sont derniers du classement. Ils ont perdu les six premiers matches de la saison. De plus, ils se sont déplacés à Amiens avec une équipe amoindrie. Le Progrès indique que les Maritimes ont dû faire jouer deux juniors. Mais, en plus, le journal donne une information aussi vague que cocasse:

 » Il [Calais] dut en outre pourvoir in extremis au remplacement d’un joueur [le journal ne donne pas son nom] qui par distraction resta sur le quai de la gare de Boulogne. Lacroutz, le vieux Lacroutz indisponibles depuis de longs mois par suite de blessures, réapparaissait au poste d’avant-centre où, alourdi et peu rapide, il n’y fit aucune impression; le gardien de but remplaçant le titulaire habituel parti au régiment, faisait lui aussi sa rentrée après deux ans d’absence. »

Le gardien se souviendra longtemps de son retour. Lui et ses coéquipiers vont regretter ces absences et distractions fatals. Après avoir eu le mérite d’ouvrir la marque (par Louchet, 4e minute), ils vont subir une véritable avalanche de buts: Liberati (11e minute), une fois, puis deux (18e), Cottrelle (28e), Gillet (34e, sur passe de Lapierre), Liberati de nouveau (38e), « par un shoot d’une rare puissance [qui] fera passer le ballon au travers de filets », d’après le Progrès, « Libe » encore, une minute plus tard, Gillet (40e), enfin, portent le score à 7-1 à la mi-temps.

Les Amiénois poursuivent leurs assauts ensuite, et le journaliste précise alors (avec humour ?):

 » Les Amiénois marqueront 11 nouvelles fois, les Calaisiens, bons joueurs, ne fermant jamais le jeu ».

La place manque à l’auteur de l’article, qui signe Jean-Louis, pour décrire tous ces buts. On citera ici les différents buteurs: Nicolas (46e), Cottrelle (49e), Nicolas (53e), Cottrelle (55e), Lapierre (62e et 63e).

  • Liberati: 5 ou 6 buts ?

Etant allé 13 fois recherché le ballon au fond des filets, le gardien de Calais, Henri Fontaine, estime que cela suffit: il décide de quitter le jeu. Les Calaisiens finiront le match à 10, mais marqueront un 2e but en fin de rencontre. Amiens mène alors 16-1, car Gillet (69e), Liberati (72e et 73e) auront ajouté trois buts. Puis deux autres, tout à la fin, par Cottrelle et Gillet.

Le journaliste commente de façon fort élégante la performance des pauvres Calaisiens:

 » Souffrez que nous ne nous attardions pas à juger les équipes en présence, en raison de la différence de classe entre les deux onze. »

Liberati, bourreau de Calais

Liberati, bourreau de Calais

Jean-Louis croit pouvoir affirmer que ce score constitue un « tableau record ». Je n’ai pas connaissance d’une victoire d’Amiens remportée sur un score supérieur, dans les championnats joués par l’équipe première. Ni avant, ni plus tard. A en croire le récit de la rencontre,  l’international Ernest Liberati établit lui aussi un record en inscrivant 6 buts. Mais le journaliste s’emmêle un peu dans ses décomptes. Récapitulant les buts à la fin de son article, il en accorde 5 à Libé (chiffre qu’on retrouve dans la légende de la photo ci-dessus) et 3 à Nicolas alors qu’il lui en a donné 2 dans son compte rendu. Comme quoi, les statistiques…

  • L’équipe d’Amiens du 2 novembre 1930

Sainneville — Wallet, Masset — Grandsert, Delmer, Braun — Lapierre, Gillet, Nicolas, Cottrelle, Liberati.

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Marcel (années 1920-30), Les événements, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s