Une bien étrange Coupe de Picardie

Dans les années 1950, la Coupe de Picardie de football était une bien étrange compétition. Si bizarre que même un journal national, L’Equipe, s’en est ému.

Dans L’Equipe du 4 décembre 1957, Jean Dumontier, spécialiste du football amateur du quotidien sportif et de l’hebdomadaire France-Football, fait état d’une compétition mineure, la Coupe de Picardie, qu’organise chaque année le district de Picardie (le département de la Somme est à l’époque rattaché à la Ligue du Nord de football). Il est très rare que ce journal à l’audience nationale aborde un sujet et une compétition d’intérêt aussi local. En quelques lignes, Dumontier expose la raison de ce choix et de l’indignation qui l’anime:

 » Il existe dans le district de Picardie une curieuse épreuve, qui sous le nom sympathique de Coupe de Picardie et sous l’égide de la Ligue du Nord et de la F.F.F., offre l’apparence d’une épreuve de football. Remarquez que cette compétition se joue avec 22 footballeurs, 3 arbitres, toutes les formes y sont. Mais si, touriste fervent du football, vous passez un dimanche devant un stade où se déroule un match de cette compétition, vous voyez, AVANT LE COUP D’ENVOI, le tableau d’affichage: FCX… 0, SCY 4.

Vous vous inquiétez: « C’est la mi-temps ?

-Non, c’est le handicap, rendu par l’équipe hiérarchiquement supérieure, » vous sera-t-il répondu.

Admettons qu’un club de CFA – ce qui est le cas pour Amiens – participe, obligatoirement, d’ailleurs, à l’épreuve, il rend 1 but à une équipe d’Honneur, 2 à une équipe de Promotion, 3 à une équipe de Première Division, 4 à une équipe de Première série , etc. »

Après cet exposé, le journaliste s’étonne de l’existence et du maintien d’une compétition qui déroge ainsi aux règles élémentaires des compétitions de football. Il s’indigne surtout que celle-ci soit reconnue par les organismes dirigeants de ce sport.

  • Une Coupe à handicap !

Chaque année, en fin de saison, Amiens est donc opposé à des équipes de rang inférieur dans cette Coupe départementale, patronnée par le magasin de confection Devred. Et en effet, le tableau d’affichage, au début du match, offre souvent le spectacle surréaliste d’un score négatif. Exemples parmi de nombreux autres: le 25 avril 1954, Amiens est mené 3-0 au départ de son match contre Conty (7-3 au final); le 17 avril 1955, Longueau attaque la rencontre en menant 4-0. Amiens l’emporte 9-4 !

Je me souviens personnellement d’un match à Beauval, en 1957. Je revois parfaitement l’entrée du petit stade. En venant d’Amiens, il est situé sur la droite de la route qui plonge vers le centre du village. En entrant sur le terrain, les joueurs aperçoivent le score: Beauval mène 3-0 avant de commencer. Heureusement, les Amiénois ont vite fait de trouver la faille: Par Freddy Dumoulin (6e minute), Serge Campuzan (13e) et de nouveau Dumoulin (14e), ils « égalisent » dans le premier quart d’heure. Le résultat final sera de 6-4 !

Mais tous les handicaps ne se remontaient pas aussi facilement. L’adversaire, fort de son avantage, jouait l’ultra-défense et dépassait rarement le milieu du terrain. Encore fallait-il avoir la clé du coffre-fort ! Cette saison 1957, Amiens, qui venait d’accéder au championnat de France amateurs, démarra toutes les rencontres avec un handicap: moins 2 contre Fressenneville (résultat final: 6-2), moins 4 contre Longueau (7-5 !), moins 1 contre Escarbotin en finale (2-1).

Le Courrier Picard célèbre la victoire d'Amiens en 1957

Le Courrier Picard célèbre la victoire d’Amiens en 1957

Car même en finale, le système du handicap était conservé. En 1958, Amiens remporte le trophée en battant 7-4 (!) un adversaire final, Montdidier, à qui il rend 4 buts. Fatalement, un système aussi incongru donna lieu à des scores qui ne l’étaient pas moins: 13-3 contre l’Union Michelet en 1954, 8-3 contre Saint-Pierre en 1956, 10-4 contre Ailly-sur-Somme en 1958…

Et évidemment, il arriva que, face à un adversaire de bonne valeur et motivé par son but d’avance, Amiens ne remonte pas son handicap. Le 27 mai 1956, au stade Paul-Delique d’Abbeville, l’A.A.C., alors en division d’Honneur, rend un but à son vieux rival, le S.C.Abbeville, qui joue en Promotion, c’est-à-dire une division en-dessous. Les derbys opposant les deux clubs sont toujours acharnés à l’époque. Il l’est encore cette fois, à l’occasion de cette demi-finale. Amiens réussit à « égaliser » à 2 minutes de la fin du temps réglementaire, par Swiatek. Mais à la dernière seconde de la prolongation, Schott marque le seul but d’Abbeville sur penalty. Ce seul but signifie la victoire dans cette épreuve que le journaliste de L’Equipe avait cent fois raison de trouver pour le moins… curieuse.

Didier Braun

Publicités
Cet article, publié dans L'époque de Jack (années 1950-60), Les événements, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une bien étrange Coupe de Picardie

  1. Delaplace dit :

    et moi je me souviens d’un autre match, contre Abbeville, oû Amiens, en plus de son handicap d’un but, a pris une belle pâtée, 5 à 0 au final , Il y avait à Abbeville les frères Marquette, dont un, Gilles je crois, viendra ensuite à l’AAC, et peut-étre Guy Hernas, futur pro, qui joua quelques matchs seulement à Amiens, saison 53/54, avant de retourner finir la saison à Abbeville, sombre histoire dont je n’ai jamais su le fin mot.
    François Delaplace

    J'aime

    • braundidier2 dit :

      Dans cette équipe d’Abbeville de 1953, il y a aussi Michel Cerf et Bonnécuelle. Au sujet de Hernas, sa mutation à Amiens avait d’abord été accordée par la Ligue du Nord, puis annulée en appel à la suite d’un recours d’Abbeville. Il a ensuite été pro pendant près de 10 ans, à Roubaix puis à Rennes.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s